Aux États-Unis

03 décembre 2020 08:23; Act: 03.12.2020 12:18 Print

Google épinglé pour la surveillance de ses employés

Quatre anciens employés de Google estiment que leur licenciement en 2019 était intervenu en représailles de leur volonté de mettre en place un syndicat.

storybild

Google dispose désormais de 15 jours pour répondre à la requête du NLRB, en attendant une audition programmée le 12 avril prochain, à San Francisco. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une agence fédérale a donné mercredi deux semaines au géant du numérique Google pour répondre à des accusations de surveillance, interrogatoire et usage d’autres méthodes à l’encontre de ses employés militants.

Le National Labor Relations Board (NLRB), censé s’assurer que le droit du travail est bien appliqué, a rendu ses premières conclusions à la suite d’une plainte déposée il y a un an, après le licenciement d’employés de Google surnommés les «Thanksgiving Four» (Les Quatre de Thanksgiving) juste avant cette fête.

Surveillance

Les quatre employés ont avancé que leur licenciement en 2019 était intervenu en représailles de leur volonté de mettre en place un syndicat, Google répondant qu’ils étaient au contraire accusés d’avoir violé les règles internes de sécurité.

Selon la requête du NLRB, obtenue par l’AFP, Google «surveillait» les employés en regardant les présentations qu’ils avaient préparées pour tenter de convaincre les salariés d’un fournisseur du géant numérique à se syndiquer.

«Les actes de Google ne sont pas défendables»

Google a également «mené des interrogatoires d’employés concernant des activités protégées» et menacé de représailles s’ils passaient hors de la chaîne hiérarchique pour des plaintes au sujet de diverses thématiques, telles que le comportement sur le lieu de travail, selon les éléments de la requête.

«Il paraît évident que les actes de Google ne sont pas défendables», a estimé l’un des quatre employés concernés, Laurence Berland, interrogé par l’AFP. Google dispose désormais de quinze jours pour répondre à la requête du NLRB, en attendant une audition programmée le 12 avril prochain, à San Francisco.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • beurk le 03.12.2020 12:48 Report dénoncer ce commentaire

    Méthode similaire à celle d’Amazon en France.

  • murdok le 03.12.2020 09:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les syndicats sont importants , certaines entreprises ne respectent pas toujours le droit du travail. Il faut également de bons délégués du personnel qui pensent à défendre les employés et pas seulement à leur petit avantage .

Les derniers commentaires

  • beurk le 03.12.2020 12:48 Report dénoncer ce commentaire

    Méthode similaire à celle d’Amazon en France.

  • murdok le 03.12.2020 09:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les syndicats sont importants , certaines entreprises ne respectent pas toujours le droit du travail. Il faut également de bons délégués du personnel qui pensent à défendre les employés et pas seulement à leur petit avantage .