Aux États-Unis

10 avril 2019 18:52; Act: 11.04.2019 09:03 Print

Grosse frayeur pour Scarlett Johansson

La star a alerté la police après avoir été pourchassée en voiture par des photographes. Elle a eu peur de mourir comme Lady Di.

storybild

L'actrice de 34 ans veut qu'une loi soit promulguée pour sanctionner les paparazzis. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Scarlett Johansson a vécu un véritable cauchemar au volant de sa voiture, lundi. Alors qu'elle sortait de l'enregistrement de l'émission «Jimmy Kimmel Live», sur Hollywood Boulevard, la star s'est fait prendre en chasse par des paparazzis. Angoissée à l'idée qu'ils provoquent un accident, l'Américaine de 34 ans s'est dirigée vers le commissariat le plus proche pour demander de l'aide et mettre fin à la course-poursuite.

«Il y avait cinq voitures remplies d'hommes qui grillaient les feux rouges et mettaient les autres véhicules et les piétons en danger, tout ça pour me suivre et savoir où je séjournais dans le but de nous traquer ma fille et moi. Et tout cela est parfaitement légal», a raconté le lendemain Scarlett à «USA Today».

Elle a rappelé que beaucoup de femmes aux États-Unis sont «traquées, harcelées, terrifiées». Selon elle, la loi universelle pour répondre aux traqueurs doit être «une priorité dans les discussions sur la justice». En tant que célébrité, Scarlett condamne fermement les paparazzis: «Tant qu'ils ne seront pas considérés légalement comme les traqueurs criminels qu'ils sont, ce ne sera qu'une question de temps avant qu'une autre personne ne soit grièvement blessée ou tuée, comme la princesse Diana».

(L'essentiel/Cover media/lja)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.