Espace

17 juin 2020 22:20; Act: 18.06.2020 07:39 Print

«Guerre des étoiles» entre les grandes puissances

Washington souhaite empêcher la Russie et la Chine de prendre le contrôle de l’espace, afin d’y maintenir la supériorité civile et militaire des États-Unis.

storybild

Les États-Unis se sont dotés d’une Force de l'Espace. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les États-Unis veulent empêcher la Chine et la Russie de prendre le contrôle de l'espace et ils comptent sur leurs alliés pour les aider, y compris financièrement, à y parvenir, selon la nouvelle «stratégie de défense dans l'espace» publiée mercredi par le Pentagone.

Ce document, le premier à développer la stratégie de la nouvelle Force de l'Espace dont se sont dotés les États-Unis, rappelle que l'objectif central du ministère américain de la Défense est de maintenir la supériorité civile et militaire des États-Unis dans l'espace, notamment le réseau de satellites de géolocalisation GPS dont dépendent aussi bien les militaires que les services d'urgence, les transports et même les services financiers.

Or, cette supériorité est menacée par les progrès réalisés par Moscou et Pékin, dans ce nouveau domaine militaire où, comme sur terre, en mer ou dans les airs, les États-Unis veulent dissuader leurs adversaires de les attaquer.

«Gagner de futures guerres»

«La Chine et la Russie représentent la menace stratégique la plus importante car elles ont développé, testé et déployé des capacités militaires dans l'espace et leur doctrine militaire en prévoit l'utilisation en cas de conflit», précise le document.

«Ces deux pays considèrent le fait de permettre ou bloquer l'accès à l'espace comme une composante essentielle de la stratégie nationale et militaire», note le Pentagone. «Les doctrines militaires chinoise et russe considèrent l'espace comme important pour la guerre moderne et l'usage d'armement spatial comme un moyen de réduire l'efficacité militaire des États-Unis et de leurs alliés, et de gagner de futures guerres».

La Chine investit des milliards d'euros dans l'espace. Elle place de nombreux satellites en orbite, pour son compte (observation de la Terre, télécommunications, système de géolocalisation Beidou) ou pour d'autres pays. Mais Pékin a aussi testé avec succès en 2007 une frappe d'un missile sol-air contre un satellite, selon le Pentagone.

La Russie a annoncé récemment le lancement test à l'automne d'une fusée lourde Angara, censée remplacer les vieillissants lanceurs Proton, et l'accélération de son projet de missile balistique intercontinental Sarmat, présenté comme pouvant surmonter toute défense antimissile.

Pour un partage du fardeau avec ses alliés

Dans cette concurrence stratégique, les États-Unis ont marqué un point fin mai avec l'envoi de deux astronautes américains vers la Station spatiale internationale (ISS) à bord d'une fusée du groupe privé SpaceX.

La nouvelle stratégie américaine souligne que le Pentagone a l'intention de multiplier les partenariats avec l'industrie, avec le soutien des alliés. «Le ministère de la Défense va promouvoir le partage du fardeau avec nos alliés et nos partenaires», note le texte.

(L'essentiel/afp)