En Birmanie

25 juin 2019 15:38; Act: 25.06.2019 15:48 Print

Harcelé au travail, un jeune gay se suicide

Opprimé par ses collègues homophobes, un Birman s'est donné la mort provoquant la protestation de la communauté LGBTQ dans le pays.

storybild

Le harcèlement au travail est très fréquent en Birmanie, a déclaré Hla Myat Tun, codirecteur de Colors Rainbow. (photo: Pexels)

Sur ce sujet
Une faute?

La communauté LGBTQ naissante en Birmanie a appelé mardi, à dépénaliser l'homosexualité et lutter contre le harcèlement, après le suicide d'un jeune gay qui a raconté sur Facebook le calvaire infligé par des collègues homophobes, dans l'université où il travaillait.

Les relations homosexuelles restent illégales en Birmanie, aux termes des lois héritées de l'époque coloniale, et même si le premier festival LGBT a été autorisé l'an dernier, les groupes militants dénoncent l'homophobie et les discriminations persistantes dans ce pays socialement conservateur.

Bibliothécaire de 26 ans

Kyaw Zin Win, bibliothécaire à l'Université impériale birmane, s'est suicidé à l'âge de 26 ans, après avoir posté un dernier message sur Facebook, adressé à sa famille et à ses amis. Il dénonce un pays «où les supérieurs oppriment ceux qui sont sous leurs ordres» et raconte comment ses collègues l'ont harcelé.

Selon lui, ses chefs l'ont obligé à révéler son homosexualité et diffusaient des captures d'écran montrant des messages sur des chats pour montrer que ses collègues se moquaient de lui.

Rassemblement organisé

Les posts du jeune homme sur Facebook ont été partagés des milliers de fois, accompagnés de commentaires indignés. «Les mots peuvent tuer (...), c'est un meurtre», écrit ainsi Hein Aung Thu. L'université a indiqué à l'AFP enquêter sur l'affaire. Lundi, elle a publié un communiqué pour transmettre ses sincères condoléances après cet événement «tragique», précisant avoir rendu visite à sa famille.

Le harcèlement au travail est très fréquent en Birmanie, a déclaré Hla Myat Tun, codirecteur de Colors Rainbow, un groupe LGBTQ, expliquant que son organisation recevait de nombreux appels de jeunes en quête de soutien psychologique. Les militants LGBTQ comptent organiser un rassemblement cette semaine à la mémoire de Kyaw Zin Win et réclamer la dépénalisation de l'homosexualité ainsi qu'une loi contre les discriminations.

Les autorités birmanes avaient autorisé pour la première fois un rassemblement LGBTQ dans un parc public l'année dernière et environ 12 000 personnes y avaient participé. Galvanisés par ce succès, les organisateurs avaient décidé cette année d'appeler officiellement «Pride» la première parade nautique gay qui s'est déroulée en janvier dans le cadre d'un festival LGBTQ, bien que les conditions ne soient pas encore réunies pour une véritable parade au grand jour dans les rues de Rangoun.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.