Cyclone

09 avril 2020 07:31; Act: 09.04.2020 10:35 Print

Harold se renforce en s'abattant sur les Tonga

Les îles Tonga ont déclaré mercredi, l'état d'urgence à l'approche du violent cyclone Harold qui a déjà frappé les Salomon et les îles Fidji.

storybild

Les dégâts causés par Harold sur l'île d'Espiritu Santo, la plus grande de l'archipel de Vanuatu, le 8 avril 2020.

Sur ce sujet
Une faute?

Le cyclone meurtrier Harold s'était renforcé en catégorie 5 lorsqu'il a frappé jeudi, les îles Tonga, après avoir provoqué d'importants dégâts dans le Pacifique Sud. Ce petit royaume du Pacifique a déclaré l'état d'urgence mercredi soir, mettant en garde la population contre des risques de vents violents et de forte houle.

La police des Tonga a fait état jeudi matin de coupures d'électricité dans certains régions du pays alors que les vents s'intensifiaient, accompagnés de fortes précipitations. Le brusque renforcement de la puissance de ce cyclone a surpris, de l'aveu même des météorologistes.

«C'était difficile à prévoir»

Harold a fait 27 morts dans les Salomon début avril, avant de se renforcer en un cyclone de catégorie 5, la plus dangereuse, quand il a frappé lundi l'île d'Espiritu Santo, la plus grande de l'archipel de Vanuatu. Il n'a fait aucune victime au Vanuatu mais les secours ont indiqué que nombre d'habitants des zones les plus touchées se sont réfugiés dans des abris. Le cyclone tropical était de catégorie 4 lorsqu'il a frappé mercredi les Fidji avec des vents allant jusqu'à 240 km/h.

Il s'est à nouveau renforcé en se dirigeant vers les Tonga. «C'était difficile à prévoir», a affirmé à l'AFP, Bill Singh, météorologiste pour le service météo de Nouvelle-Zélande. «Nous savions quelle trajectoire il allait suivre mais, au début, tout le monde pensait qu'il serait de catégorie 3 ou 4. Au fur et à mesure de son avancée dans les eaux chaudes, il s'est renforcé», a-t-il expliqué.

Opérations compliquées par le Covid-19

Harold devrait s'éloigner des Tonga dans la journée de jeudi pour se diriger vers le large. Cependant, Philip Duncan, responsable des prévisions pour le site néo-zélandais WeatherWatch.co.nz, a reconnu n'avoir aucune certitude à ce sujet.

La Croix-Rouge a indiqué qu'une évaluation des dégâts était toujours en cours aux Fidji et aux Vanuatu, où les communications avec les îles éloignées ont été coupées pendant plusieurs jours. La pandémie de Covid-19 a compliqué les opérations de secours aux Vanuatu, qui cherche à demeurer l'un des rares pays de la planète à n'avoir enregistré aucun cas de nouveau coronavirus.

(L'essentiel/afp)