Catastrophe écologique

19 avril 2018 11:01; Act: 19.04.2018 12:14 Print

Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière

Une vague de chaleur en 2016 a eu des conséquences «catastrophiques» sur le joyau australien du patrimoine mondial de l'humanité, qui pourrait ne pas survivre.

Sur ce sujet

La Grande Barrière australienne, joyau du patrimoine mondial de l'humanité, a subi une hécatombe «catastrophique» de ses coraux pendant une vague marquée de chaleur en 2016, menaçant une plus grande diversité de vie marine qu'estimé jusqu'alors, prévient une étude jeudi. Environ 30% des coraux du vaste ensemble sont morts durant la vague de chaleur survenue entre mars et novembre 2016, le premier épisode de deux années consécutives de blanchissement.

Inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco en 1981, le récif s'étend sur environ 348 000 kilomètres carrés le long de la côte australienne et constitue le plus vaste ensemble corallien du monde. D'après l'étude publiée par la revue scientifique Nature, le corail, qui sert d'habitat à d'autres créatures marines, a été durement touché par la hausse des températures de l'eau consécutive au réchauffement climatique. Terry Hugues, co-auteur de l'étude et directeur du Centre d'excellence pour les études sur les récifs coralliens de l'Université James Cook, a expliqué à l'AFP que les plus menacés sont les coraux à branches qui fournissent leurs cachettes aux jeunes poissons.

Pendant le blanchissement de 2016, les coraux de la partie septentrionale de la Grande Barrière ont subi une vague de «décès catastrophiques», poursuit l'étude. «Ce dépérissement corallien a provoqué des changements radicaux dans la variété des espèces dans des centaines de récifs individuels, où des communautés récifales matures et diversifiées se transforment en systèmes plus dégradés, où seules quelques espèces endurantes survivent», écrit Andrew Baird, autre scientifique. Le blanchissement est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration des coraux.

Sous la pression de facteurs comme le réchauffement, les coraux stressés expulsent les algues avec lesquelles ils ont une relation symbiotique, et qui leur donnent couleur et énergie. L'étude appelle à la protection des coraux survivants, estimés à environ un milliard. «C'est ceux-là qui vont réalimenter et ré-habiter des récifs altérés», dit M. Hugues, ajoutant qu'il fallait améliorer la qualité de l'eau en réduisant la pollution côtière. Les efforts pour limiter le réchauffement climatique comme dans l'accord de Paris sont également cruciaux. «Nous avons eu quatre épisodes de blanchissement (1998, 2002, 2016 et 2017) sur la Grande Barrière avec une hausse globale des températures de 1°C», souligne M. Hugues. «Si nous continuons avec nos émissions comme si de rien n'était, je ne crois pas que la Barrière y survivra».

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stéphane le 19.04.2018 12:36 Report dénoncer ce commentaire

    On parle, on parle, mais qui agit. Personnelement, j'ai fait planter en 10 ans plus d'un milliers d'arbres. J'ai nettoyé mon village de tous ces déchets (pour rien, le lendemain, il y avait déjà des nouveaux déchets). Et vous ?

  • KevinSmith le 19.04.2018 12:08 Report dénoncer ce commentaire

    Merci l'homme ! Quel pouvoir de destruction !

  • Pragmatique (et un peu pessimiste) le 19.04.2018 11:33 Report dénoncer ce commentaire

    Vu l'inertie qu'a notre impact sur Terre même si nous stoppions immédiatement et définitivement nos émissions et pollutions, je pense que nos enfants naissant ce jour vont avoir en héritage un dépotoir gigantesque, insalubre et ne pourront pas profiter de l'ensemble des merveilles terrestres et sous-marines que nos caméras et appareils photos ont archivés pour...la postérité?...pas sûr que le mot convienne, puisque l'humanité elle-même est en danger!!

Les derniers commentaires

  • ladeux le 20.04.2018 00:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vous avez fait de belles choses en plantant ces arbres. et tout ce que vous avez collecté en déchets a eu la chance d'une 2 em vie

  • ladeux le 20.04.2018 00:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On crache sur le diesel mais: ce qui ce passe maintenant n'est que l'effet secondaire du plein emploi après la première et deuxième guerre mondiale. les hauts fourneaux, le charbon domestique et de nos locomotives, l'industrie chimique, tout ce qui a été rejeté dans l'air..... mais on l'oublie vite il faut croire

  • Anonyme le 19.04.2018 21:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un Bill Gates devrait agir sur le terrain avec tout ses milliards...concrètrment parlant il peut créer des milliers d emplois pour nettoyer...et pourtant rien..que de l argent à des fondations opaques...triste

  • gucci le 19.04.2018 21:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Stéphane ta vie doit être super épanouissante...

  • MarcC le 19.04.2018 17:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En tant qu’humain fessant partie de cette humanité, sommes nous vraiment responsable pour le bien de notre planète, la réponse est NON.