Yémen

12 janvier 2019 17:40; Act: 12.01.2019 17:43 Print

Heurts dans la ville de Hodeida malgré la trêve

Des tirs d'artillerie et des échanges de coups de feu ont été entendus samedi dans la partie sud de la ville yéménite de Hodeida.

Sur ce sujet
Une faute?

Des heurts ont éclaté samedi dans la ville portuaire de Hodeida, dans l'ouest du Yémen, entre les forces progouvernementales et les rebelles Houthis, malgré une trêve en vigueur depuis le 18 décembre, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Des tirs d'artillerie et des échanges de coups de feu ont été entendus samedi à l'aube dans la partie sud de cette ville qui est un point d'entrée crucial pour l'aide humanitaire apportée à ce pays déchiré depuis plusieurs années par la guerre. Ces tirs se sont ensuite calmés et n'étaient plus que sporadiques un peu plus tard dans la matinée, selon la même source.

Un des principaux fronts de la guerre

La ville de Hodeida, tenue par les rebelles, a été durant des mois un des principaux fronts de la guerre au Yémen. Les forces loyales au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenues par une coalition militaire emmenée par l'Arabie saoudite, avaient lancé en juin une offensive pour la reconquérir.

Mais en décembre, les Houthis, soutenus par l'Iran, et le camp progouvernemental ont accepté l'instauration d'un cessez-le-feu lors de pourparlers tenus sous l'égide de l'ONU en Suède. Selon les Nations unies, cette trêve est globalement respectée mais le redéploiement des forces rebelles et progouvernementales, également prévu par l'accord de Suède, fait face à différents obstacles.

La pire crise humanitaire au monde

La guerre au Yémen a fait quelque 10 000 morts et provoqué la pire crise humanitaire du monde, selon l'ONU. Des ONG estiment que le bilan des victimes est largement supérieur.

La coordinatrice de l'ONU pour l'aide humanitaire, Lisa Grande, s'est rendue à Hodeida vendredi et a rencontré des responsables locaux, selon Jaber al-Razahi, qui dirige l'Autorité nationale du Yémen pour l'administration et la coordination de l'aide humanitaire. Cette visite vise à «s'assurer de la bonne arrivée de l'aide par le port», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/afp)