En Asie

13 juin 2019 07:20; Act: 13.06.2019 09:58 Print

Hong Kong soumise aux pressions internationales

Avec son projet d'extradition controversé, Hong Kong fait face aux critiques de plusieurs pays occidentaux.

storybild

La cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam, a dénoncé des «émeutes organisées». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Hong Kong était soumis à des pressions internationales croissantes, jeudi, en raison d'un projet d'extradition controversé qui a plongé l'ancienne colonie britannique dans ses pires violences politiques depuis sa rétrocession à la Chine, en 1997.

La police a fait usage mercredi de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes pour disperser les foules descendues dans la rue pour exiger du gouvernement qu'il renonce à son projet de loi visant à permettre les extraditions vers la Chine continentale. Paralysant la ville, les protestataires ont bloqué la circulation et lancé divers projectiles sur les forces de l'ordre, dont des barres de fer et des pavés. Ils ont également tenté de faire irruption dans le Conseil législatif (LegCo) qui a dû renoncer à examiner le projet de loi en deuxième lecture.

Conséquences

Le texte suscite les critiques de pays occidentaux ainsi qu'une levée de boucliers de Hongkongais qui redoutent une justice chinoise opaque et politisée, et pensent que cette réforme nuira à l'image internationale et l'attractivité du territoire semi-autonome.

L'Union européenne «partage plusieurs inquiétudes soulevées par les citoyens de Hong Kong» et demande que les droits des manifestants soient «respectés». Le texte a «des conséquences potentielles considérables pour Hong Kong et sa population, pour les citoyens européens et étrangers, ainsi que pour la confiance des entreprises à Hong Kong», a prévenu l'UE.

«Émeutes organisées»

Le territoire de sept millions d'habitants avait déjà été le théâtre dimanche de la plus importante manifestation jamais organisée depuis 1997, celle-ci ayant réuni selon les organisateurs un million de personnes. Malgré cette mobilisation exceptionnelle, les autorités hongkongaises refusent d'en rabattre et de retirer leur texte, même si on ignore pour l'heure quand pourraient reprendre les débats au LegCo.

La cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam a dénoncé des «émeutes organisées». «Les émeutes qui touchent une société pacifique en ignorant la loi et la discipline sont inacceptables pour toute société civilisée».

79 blessés

Les violences ont fait 79 blessés, dont deux dans un état grave. «En termes de violences politiques, c'est la journée la plus grave depuis la rétrocession», a commenté l'analyste politique Dixon Sing, mettant en exergue les armes inédites utilisées par les forces de l'ordre et la détermination des manifestants.

Selon les autorités, le texte vise à combler un vide juridique et empêcher que la ville ne soit un refuge pour certains criminels. Elles assurent que des garde-fous existent en matière de liberté d'expression et que la loi ne visera pas les opposants politiques à la Chine. Mais les opposants craignent que les gens ne se retrouvent piégés par la justice chinoise, qu'il s'agisse des habitants de Hong Kong ou de ceux qui ne font que transiter par son aéroport.

Theresa May a jugé «vital» que le projet de loi n'empiète pas sur les dispositions de l'accord ayant présidé à la rétrocession. Londres est préoccupé «par les effets potentiels de ces propositions, compte tenu en particulier du grand nombre de citoyens britanniques vivant à Hong Kong», a-t-elle dit. Au terme de cet accord conclu avec Londres, Hong Kong jouit d'une semi-autonomie et de libertés n'existant pas en Chine continentale et ce, en théorie, jusqu'en 2047.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • conseilleurs vs payeurs le 13.06.2019 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE ferait mieux de regarder la poutre qu'elle a dans l’œil et l'épine qu'elle a dans le pied !

Les derniers commentaires

  • conseilleurs vs payeurs le 13.06.2019 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE ferait mieux de regarder la poutre qu'elle a dans l’œil et l'épine qu'elle a dans le pied !