En Colombie

20 mai 2019 07:26; Act: 20.05.2019 07:35 Print

Il doit fuir le pays après un article sur l'armée

Le journaliste du «New York Times» Nicholas Casey a indiqué, dimanche, avoir quitté la Colombie suite à un article qu'il a écrit sur l'armée colombienne.

storybild

Dans son reportage publié samedi, le journaliste dénonce le fait que l'armée exige que ses troupes «doublent» les pertes et les captures au combat. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le journaliste du «New York Times» Nicholas Casey a indiqué, dimanche, avoir quitté la Colombie en raison de «fausses accusations» du parti au pouvoir à son encontre suite à un article qu'il a écrit sur l'armée colombienne. «J'ai pris la décision de rester en dehors du pays en raison de fausses accusations lancées hier sur Twitter par (la sénatrice pro-gouvernementale) Maria Fernanda Cabal et reproduites par plusieurs hommes politiques ces dernières 24 heures», a déclaré M. Casey dans un message envoyé à la presse.

Dans son reportage «Les nouveaux ordres de tuer de l'armée colombienne inquiètent les troupes» publié samedi, le journaliste dénonce le fait que l'armée exige que ses troupes «doublent» les pertes et les captures au combat, sans leur demander «perfection» ni totale «précision» au moment de «l'exécution d'attaques létales». Il affirme avoir consulté des documents officiels de l'armée et interviewé des officiers de haut rang.

Un article «plein d'incohérences»

La sénatrice Cabal, membre du parti au pouvoir, a publié sur Twitter des photos du journaliste et écrit: «Voici le "journaliste" Casey qui a fait une tournée en 2016 avec (la guérilla des) Farc dans la jungle. Combien l'auraient-ils payé pour ce reportage contre l'armée colombienne?» Le tweet est rapidement devenu viral et des partisans du parti de droite du président Ivan Duque se sont joints aux critiques.

Le New York Times a défendu son journaliste sur le même réseau social: «Nous informons de manière précise et impartiale (...) Dans ce cas, nous rapportons tout simplement ce que disent les documents rédigés par l'armée, ainsi que les informations fournies par les officiers colombiens eux-mêmes.» Avant ces échanges sur les réseaux sociaux, le ministre de la Défense a décrit l'article comme «plein d'incohérences», dans une déclaration en présence du chef de l'Etat.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.