Pollution

16 avril 2019 09:09; Act: 16.04.2019 09:10 Print

Il pleut du plastique sur les montagnes

Une étude révèle que des microplastiques, transportés par les airs, peuvent atteindre des régions isolées comme des montagnes.

storybild

Des chercheurs ont observé que des centaines de particules ont été déposées par la pluie, la neige ou le vent sur des montagnes. (photo: archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Des microplastiques, transportés à travers les airs, peuvent atteindre des zones isolées, relativement épargnées par l'activité humaine, révèle une étude parue lundi dans «Nature Geoscience». Des dizaines de millions de tonnes de plastique se retrouvent dans la nature et finissent dans les océans.

Pendant cinq mois de l'hiver 2017-2018, des chercheurs du CNRS, des universités de Toulouse, d'Orléans et de Strathclyde en Ecosse, ont récolté des échantillons sur la station météorologique de Bernadouze, dans les Pyrénées françaises, à près de 1500 mètres d'altitude. Elle se trouve dans une zone protégée Natura 2000 située à plus de 5 kilomètres du village le plus proche et à environ 120 kilomètres de Toulouse, relativement isolée.

Résultats comparables à Paris

«Les chercheurs ont décompté un dépôt de plus 365 particules de microplastiques par mètre carré par jour», selon un communiqué. Ces derniers ont été transportés par le vent, la neige et la pluie.

«Notre principale découverte est que les microplastiques sont transportés dans l'atmosphère et déposés dans une région de haute montagne isolée, loin de toute ville importante ou de source de pollution locale. Cela fait des microplastiques un polluant atmosphérique», a expliqué l'une des coauteurs de l'étude, Deonie Allen.

«Nous ne nous attendions pas à en trouver autant»

Si la découverte de microplastiques dans cette zone proche du pic des Trois Seigneurs n'a pas été une surprise totale, malgré l'absence d'une grande ville à proximité ou d'une autre source de pollution, «nous ne nous attendions pas à en trouver autant», a souligné la chercheuse.

Ces résultats sont comparables à ceux observés dans une mégalopole comme Paris, où les taux de microplastiques ont été mesurés par le passé, a précisé Deonie Allen. Ces microplastiques, certains plus fins qu'un cheveu humain, d'autres n'atteignant pas cinq millimètres, «ont pu parcourir 95 kilomètres», selon la chercheuse.

«Il est étonnant et inquiétant de voir autant de particules trouvées sur le site des Pyrénées», abonde un autre scientifique, Steve Allen, chercheur associé à l'EcoLab de Toulouse, cité dans le communiqué. «Cela laisse penser que ce n'est pas seulement dans les villes que vous respirez cela», poursuit le chercheur, qui rappelle que les déchets plastiques représentent un «problème mondial croissant».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Titien le 17.04.2019 13:23 Report dénoncer ce commentaire

    On est capable de se mobiliser pour reconstruire Notre-Dame mais pour sauver l'environnement et donc l'humanité c'est plus difficile.

Les derniers commentaires

  • Titien le 17.04.2019 13:23 Report dénoncer ce commentaire

    On est capable de se mobiliser pour reconstruire Notre-Dame mais pour sauver l'environnement et donc l'humanité c'est plus difficile.