En Israël

11 mai 2020 16:24; Act: 11.05.2020 16:39 Print

Il s'empale sur une tige en visitant son logement

Un quadragénaire s’est empalé la tête sur une tige en fer, le mois dernier sur un chantier, après avoir chuté du deuxième étage. Il s’en est miraculeusement sorti.

storybild

L’objet a traversé le visage de la victime mais n’a touché aucune artère cruciale. (photo: Hadassah Medical Center)

Sur ce sujet
Une faute?

Kamel Abdel Rahman est un véritable miraculé. En avril dernier, l’homme de 46 ans était en train de visiter le chantier de son appartement familial à Jérusalem quand il a mis le pied au mauvais endroit. Le malheureux est tombé du deuxième étage et s’est empalé sur une tige en fer. L’objet a littéralement traversé la tête de la victime, entrant près de son oreille droite et ressortant au-dessus de son orbite gauche.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Kamel a survécu à cet effroyable accident: «Je ne pouvais pas bouger, alors j’ai appelé à l’aide. Je criais. J’étais conscient et je ne ressentais aucune douleur. Je ne sais pas comment expliquer cela» raconte le quadragénaire au «Jerusalem Post». Fort heureusement, Kamel n’était pas seul au moment du drame, et des membres de sa famille ont pu alerter les urgences.

Plusieurs heures pour retirer la tige

Les chirurgiens du Centre médical Hadassah ont découvert que la tige en fer avait évité deux artères principales fournissant le sang au cerveau. Mais ils craignaient que son retrait ne cause des dégâts supplémentaires. «Après nous être assurés que le patient respirait, nous avons effectué divers tests d’imagerie pour savoir où la tige était positionnée, ce qu’elle avait touché et si elle pouvait être retirée», explique le Dr Samuel Moscovici, neurologue.

Après avoir pris l’avis de confrères spécialistes ORL, les chirurgiens ont pris plusieurs heures pour retirer très précautionneusement la tige. Malgré la pose d’un cathéter dans le cerveau de Kamel pour stopper l’hémorragie, une deuxième opération d’environ dix heures a été nécessaire pour éviter des séquelles. Le Dr Moscovici avoue avoir eu affaire à un cas dont tout chirurgien rêverait. «Après l’opération, nous étions optimistes, mais nous ne savions pas quel serait le niveau de la blessure ni comment le patient se réveillerait», explique-t-il.

Finalement, Kamel s’est réveillé avec l’usage total de son corps et pouvait parler normalement. Il est sorti de l’hôpital la semaine dernière. «Ils ont sauvé ma capacité à parler et à marcher. Ils m’ont sauvé la vie», conclut le quadragénaire.

(L'essentiel/joc)