États-Unis

08 décembre 2021 21:21; Act: 09.12.2021 13:50 Print

Il s’excuse après avoir viré 900 salariés par Zoom

«Si vous participez à cette réunion, c’est que vous faites partie du groupe des malchanceux qui sont licenciés avec effet immédiat», a-t-il lancé à ses employés.

Sur ce sujet
Une faute?

Vivement critiqué pour avoir licencié 900 salariés via la plateforme de téléconférence Zoom, le patron d’un site américain de crédits immobiliers a présenté ses excuses, reconnaissant la brutalité de ses méthodes. «Je n’ai pas suffisamment fait preuve de respect et de reconnaissance envers les personnes affectées et envers leurs contributions», a reconnu mardi dans un courriel adressé à ses employés Vishal Garg, directeur général de Better.com.

«J’assume la responsabilité des licenciements, mais en matière de communication, j’ai commis un impair et ce faisant, je vous ai offensés», a poursuivi Vishal Garg. Enregistrée le 1er décembre, la vidéo où le patron annonçait aux salariés la mauvaise nouvelle avait été largement partagée par les médias américains et sur les réseaux sociaux, suscitant l’indignation de nombreux internautes.

«La dernière fois que j’ai fait ça, j’ai pleuré», expliquait Vishal Garg d’un ton distant. «J’espère être plus fort cette fois-ci», ajoutait-il, invoquant des évolutions du marché pour justifier sa décision. Puis, il leur expliquait sans émotion: «si vous participez à cette réunion, c’est que vous faites partie du groupe des malchanceux qui sont licenciés». Avec effet immédiat.

«Volé l’entreprise»

Quelques jours après l’appel sur Zoom, le patron avait accusé une partie des salariés licenciés d’avoir «volé» l’entreprise «en travaillant en moyenne deux heures par jour tout en enregistrant huit heures de travail dans le registre du personnel» dans un article de blog anonyme, mais authentifié par le magazine Fortune.

Fondée en 2016, Better.com propose à ses clients d’obtenir des crédits hypothécaires en ligne avec des taux d’intérêt avantageux. En mai, l’entreprise a annoncé son intention d’entrer en Bourse grâce à une fusion avec une société d’acquisition à vocation spécifique (Spac), espérant une valorisation à 7,7 milliards de dollars. Pour financer cette opération, Better.com a levé fin novembre un total de 1,5 milliard de dollars en prêts-relais et en obligations convertibles auprès d’investisseurs, dont le fonds japonais SoftBank.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • it's a shame le 08.12.2021 22:25 Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui ont été virés, ça doit leur faire une belle jambe qu'il s'excuse. Honte à ce patron excuses ou pas.

  • toutçapourça le 09.12.2021 07:51 Report dénoncer ce commentaire

    il peut s'excuser tant qu'il veut,il a reussi a les virer et va pouvoir profiter de ses actions en bourse...futé...

  • sans empathie ni coeur le 08.12.2021 21:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A la veille des fêtes ce type annonce une nouvelle horrible 1er décembre , le sa……, il aurait pu attendre janvier après les fêtes , les pervers narcissiques s en fichent complètement, ils n ont aucun remord aucun état d âme .

Les derniers commentaires

  • EvaG le 10.12.2021 09:27 Report dénoncer ce commentaire

    C'est scandaleux et honteux. Un licenciement n'est pas facile pour un employé qui voit sa situation devenir précaire, pour l'employé ce n'est pas évident non plus mais il y a des méthodes et un respect de la personne à respecter tout de même… Du grand n'importe quoi.

  • Jean Jacques Granianski le 09.12.2021 14:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avec tes yeux de requin et ton cœur de patron, la grande classe.

  • mouse le 09.12.2021 13:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les indiens n’ont aucun scrupule dans le business on voit bien la pratique de Mittal

  • xavier le 09.12.2021 11:12 Report dénoncer ce commentaire

    monsieur Bettel a fait pire..

  • Acestus le 09.12.2021 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    La logique d'aujourd'hui, agir et ensuite demander pardon (sans rien derrière). Tout les jours on entends une personnalité agir de manière choquante pour ensuite fournir une "excuse" tout faite ...