Nigeria

27 octobre 2021 22:23; Act: 28.10.2021 13:04 Print

Il se vend aux enchères et se fait arrêter

L’homme de 26 ans a fait sensation sur les réseaux sociaux pour s’être affiché avec une pancarte au cou spécifiant le prix de départ.

Une faute?

La police islamique au Nigeria a arrêté un homme qui voulait se vendre aux enchères pour échapper à la pauvreté, a-t-on appris mercredi auprès des autorités locales.

Un tailleur de 26 ans, Aliyu Idris, a été arrêté mardi par la police des mœurs à Kano, après la diffusion de photos sur les réseaux sociaux le montrant avec une affichette indiquant qu’il était à vendre aux enchères au prix de départ de 20 millions de nairas. Kano, dans le nord du Nigeria, figure parmi la dizaine d’États nigérians à majorité musulmane où la charia est appliquée au côté de la loi nigériane, dérivée de la Common Law de l’ancien colon britannique.

«Nous l’avons arrêté pour s’être mis en vente, ce qui est illégal en vertu de la loi islamique», a déclaré Lawal Ibrahim Fagge, un porte-parole de la police religieuse, appelée Hisbah. «Il est en garde à vue», a-t-il ajouté, expliquant cet «acte abject» par la pauvreté et l’ignorance du jeune homme. Le jeune homme s’était promené la semaine dernière en ville avec son affichette autour du cou. Après avoir été pris en photo par des habitants, il a fait sensation sur les réseaux sociaux.

Il avait expliqué à des journalistes qu’il se vendait pour échapper à «son insupportable pauvreté» et qu’il voulait donner la moitié de l’argent à ses parents ainsi que deux millions de naira à la personne qui organiserait l’enchère. Il avait aussi promis d’être «un serviteur loyal» à celui qui l’achèterait. Aucune poursuite n’a été engagée contre lui, selon le porte-parole de la police islamique.

Le Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique, a été durement touché par la pandémie de coronavirus et les mesures de confinement qui ont nui au prix mondial du pétrole brut. Confrontée à sa deuxième récession en cinq ans, après le début de la pandémie, l’économie du Nigeria a commencé à reprendre quelques couleurs au cours des derniers mois.

Mais l’inflation, en particulier des denrées alimentaires, reste très élevée, accentuant encore la pauvreté de nombreux habitants, dont la plupart vivent avec moins de deux dollars (1,70 euro) par jour.

(L'essentiel/AFP)