En Australie

07 novembre 2018 07:54; Act: 07.11.2018 09:35 Print

Il survit en éloignant un requin à coups de planche

Un surfeur âgé d'une quarantaine d'années, blessé par un squale à la jambe, à Ballina (côte est de l'Australie), a réussi à s'en sortir en luttant contre son agresseur.

storybild

La plage a été fermée peu après l'attaque.

Sur ce sujet
Une faute?

Un surfeur a repoussé mercredi, grâce à son surf, un requin qui l'avait attaqué et blessé sur la côte est de l'Australie, ont annoncé les autorités, deux jours après le décès d'un nageur dans une autre attaque. L'homme âgé de 43 ans était en train de surfer à Shelly Beach, un spot touristique de Ballina situé à 750 km au nord de Sydney, quand un requin lui a mordu le mollet gauche, a indiqué la police de l’État de Nouvelles-Galles du Sud. «Il lui a attrapé la jambe et l'a fait tomber de sa planche. Il a utilisé son surf pour repousser le requin», a déclaré à la radio 2GB le maire de Ballina David Wright.

Il a précisé que le surfeur, qui souffrait d'une blessure de 20 centimètres de long à la jambe, était parvenu à regagner la plage et à se bander la jambe avant d'être hospitalisé. Il a ajouté que le requin mesurait probablement 1,5 mètre. Shelly Beach et les plages voisines avaient été fermées pour 24 heures, les autorités tentant de déterminer le type de requin à l'origine de l'attaque. Celle-ci est survenue deux jours après le décès lundi soir d'un nageur qui avait été blessé dans l'après-midi, dans l'archipel des Whitsundays, au large du Queensland (nord-est). Il s'agissait de la troisième attaque du genre en deux mois dans ce secteur.

Une fillette de 12 ans et une femme de 46 ans avaient été grièvement blessées dans des attaques de requin à 24 heures d'intervalle, en septembre, dans les Whitsundays. Six requins de grande taille avaient été tués dans la foulée sur ordre des autorités. Tadashi Nakahara, un surfeur japonais, est mort à Ballina, en février 2015, après avoir eu les jambes arrachées par un grand blanc, une espèce protégée. Les derniers incidents ont ravivé les débats sur le meilleur moyen d'éviter les rencontres entre les requins et des amateurs de sports nautiques de plus en plus nombreux. Bon nombre de spécialistes de la biologie marine sont contre l'abattage des requins.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • le druide le 07.11.2018 08:47 Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi tuer des requins? ne sont ils pas dans leur habitat naturel?

  • Jean II le 07.11.2018 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plages fermées et le gars va quand même surfer .

  • borko le 07.11.2018 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    peut-être que si il y avait encore de la bouffe dans les océans les requins croqueraient moins de baigneurs ????

Les derniers commentaires

  • Jean II le 07.11.2018 11:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plages fermées et le gars va quand même surfer .

  • borko le 07.11.2018 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    peut-être que si il y avait encore de la bouffe dans les océans les requins croqueraient moins de baigneurs ????

  • le druide le 07.11.2018 08:47 Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi tuer des requins? ne sont ils pas dans leur habitat naturel?

    • Roxio le 07.11.2018 10:27 Report dénoncer ce commentaire

      Oui. Il ne viendrait pas à l'idée de quelqu'un d'aller faire une balade à pied dans la savane où vivent des lions par exemple.