Fusillade en Floride

21 février 2018 07:30; Act: 21.02.2018 10:37 Print

Il tronçonne son fusil: «Ça ne vaut pas une seule vie»

Un Américain a publié une vidéo sur laquelle on peut le voir découper son arme à feu. La séquence a été vue plus de 16 millions de fois sur Facebook.

Sur ce sujet
Une faute?

Scott Dani Pappalardo avait acheté son fusil d'assaut M16 il y a trente ans. Ce passionné de tir sportif résidant à New York soutient depuis toujours le droit d'être armé. Il s'est même fait tatouer le deuxième amendement de la Constitution américaine - celui qui garantit à tout citoyen le droit de porter des armes - sur le bras. Dans une séquence qui dure plus de six minutes, l'Italo-Américain affirme qu'il détient l'arme légalement. «Je ne suis jamais allé chasser ni n'ai jamais tiré sur quiconque ou tué personne. Je l'ai toujours utilisée dans les stands et pour être honnête, c'est génial», fait-il notamment savoir.

Sauf que ça c'était avant. Après la tuerie dans l'école primaire Sandy Hook (Connecticut) qui avait fait 28 morts dont 20 enfants en décembre 2012, l'homme revoit sa position. Il avait notamment dit à sa femme: «J'aurais été heureux d'abandonner ce fusil, si ça avait pu sauver la vie ne serait-ce que d'un enfant,» raconte-t-il au Huffington Post.

Quand est-ce qu'on change?

Après la fusillade survenue jeudi dernier et qui a fait 17 morts dans un lycée de Parkland, en Floride , l'homme a décidé de faire prendre conscience de la dangerosité des armes à feu. Il a publié sur Facebook une vidéo qui fait le buzz. Face à la caméra, il s'adresse au spectateur: «Alors, quand est-ce qu'on change? Quand est-ce qu'on fera des lois qui stipulent qu'une arme comme la mienne est inacceptable dans la société d'aujourd'hui? Est-ce que le droit de posséder une telle arme est plus important que la vie d'une personne? Je ne pense pas».

Puis il se lève de sa chaise, allume une scie électrique et découpe son fusil. Publiée sur le réseau social, la vidéo a déjà totalisé plus de 16 millions de visualisations ainsi que de nombreux messages pour la campagne #Oneless (Une en moins). Lancée après le carnage en Floride, cette campagne et son hashtag permettent aux fanatiques des armes de poster des vidéos quand ils les détruisent.

(L'essentiel/atk)