En Chine

13 février 2020 12:09; Act: 13.02.2020 12:39 Print

Ils enquêtaient sur le virus... et ont disparu

Deux «journalistes citoyens», qui informaient régulièrement sur la gestion de la crise sanitaire par les autorités chinoises, sont introuvables.

Sur ce sujet
Une faute?

Deux «journalistes citoyens», qui enquêtaient sur la crise sanitaire provoquée par le coronavirus, sont introuvables depuis plusieurs jours. Il s'agit de Fang Bin, un ex-homme d'affaires devenu activiste, et de Chen Qiushi, blogueur bien connu en Chine. Le premier, qui informait régulièrement la communauté internationale sur la situation à Wuhan, aurait été arrêté le 9 février, par la police. Depuis lundi, sa chaîne YouTube est inactive.

À partir du 25 janvier dernier, Fang Bin avait publié plusieurs vidéos sur Twitter. L'une d'entre elles, particulièrement partagée, montrait huit cadavres de victimes du coronavirus entassés dans un hôpital de Wuhan, en attente d'être emmenés au crématoire. Après la diffusion de ces images, le lanceur d'alerte avait été arrêté une première fois début février, avant d'être relâché avec un avertissement, écrit VICE.

Selon des médias locaux et plusieurs témoignages postés sur les réseaux sociaux, l'activiste a été arrêté alors qu'il tentait de diffuser une autre vidéo. Comme Fang Bin refusait de sortir de chez lui, des pompiers ont fini par forcer l'entrée, permettant ainsi aux forces de l'ordre de l'arrêter. Pour rassurer ses abonnés, l'activiste avait annoncé qu'il publierait une vidéo chaque matin. Depuis lundi, il n'a rien posté du tout et les internautes sont très inquiets.

Chen Qiushi, lui, n'a pas donné signe de vie depuis le 6 février, écrit BFM TV. Ancien avocat des droits de l'homme, ce «journaliste citoyen» sillonnait la ville de Wuhan, pour rendre compte de la manière dont les autorités chinoises géraient la crise sanitaire. Lui aussi dégainait régulièrement sa caméra pour filmer des cadavres et des patients dans des hôpitaux surpeuplés, alors qu'il n'avait pas de papier officiel pour œuvrer en tant que journaliste.

Le 2 février, l'ex-avocat publiait sur YouTube une vidéo dans laquelle il apparaissait extrêmement marqué. Il y expliquait que les autorités l'avaient dans le collimateur et qu'il était inquiet pour sa sécurité. Le 6 février, il devait réaliser un reportage dans l'un des hôpitaux nouvellement construits à Wuhan. Selon sa mère, il n'a plus donné de nouvelles depuis. Après avoir lancé un appel à l'aide sur les réseaux sociaux, celle-ci a été contactée par les autorités, qui lui ont annoncé que son fils avait été mis «en quarantaine».

Depuis le début de la semaine, plusieurs grandes organisations internationales, dont l'ONG Human Rights Watch et le Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ). «Les autorités de Wuhan doivent révéler si elles détiennent le journaliste Chen Qiushi. Si c'est le cas, il doit être libéré immédiatement. La Chine ne semble pas avoir appris la leçon claire que le fait de cacher la vérité sur une maladie en expansion ne fera qu'empirer les choses», a déclaré pour sa part Steven Butler, coordinateur du programme Asie au Comité de protection des journalistes à Washington.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pierre le 13.02.2020 14:07 Report dénoncer ce commentaire

    Intolérable, on ne gère pas l'information en éliminant ceux qui rapportent des faits qui dérangent. Mais si ce point reste sans suites des autres états, pas étonnant qu'ils fassent à leur guise.

  • FullmétalJF le 13.02.2020 14:29 Report dénoncer ce commentaire

    Typique des dictatures malheureusement … Ceux qui parlent trop ou qui dérangent, ils disparaissent ...

  • confucius le 13.02.2020 16:14 Report dénoncer ce commentaire

    Tu veux faire des vagues, alors la tempête t'emportera et au fond de l'eau tu seras.

Les derniers commentaires

  • Phi le 13.02.2020 17:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nos Dirigents roule les tapis rouge pour les Dictateurs si on fait du commerce avec eux , les droits de l‘homme on laisse évidament a côté .

  • confucius le 13.02.2020 16:14 Report dénoncer ce commentaire

    Tu veux faire des vagues, alors la tempête t'emportera et au fond de l'eau tu seras.

  • Ahahahahahaaaaarghhhh le 13.02.2020 16:12 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis émerveillé de voir comme la Chine nous est présentée comme une horrible dictature, d'autre part je me dis que c'est un régime qui vit du syndrome de Stockholm... ben oui, le monde est envahi de touristes chinois et ces dingues rentrent tous chez leurs geôliers une fois les vacances terminées!

  • Ngolo le 13.02.2020 16:08 Report dénoncer ce commentaire

    Il enquêtait sur les turpitudes de l'armée américaine et il a disparu dans les prisons britanniques avec une accusation bidon de viol en Suède...

  • Le péril le 13.02.2020 15:54 Report dénoncer ce commentaire

    Et ça devient la 1ère puissance du monde.... y'aurait pas comme un problème dans le logiciel politico-économique d e ce monde ? Bien sûr que si, il est buggé à mort !