Aux États-Unis

25 avril 2019 17:14; Act: 25.04.2019 17:33 Print

Ils organisaient des orgies zoophiles à la ferme

Trois individus ont abusé de juments, chèvres et autres chiens en Pennsylvanie. Un jeune homme de 16 ans avait une mission, tenir l'animal pendant l'acte.

storybild

Les trois hommes avaient régulièrement des rapports sexuels avec des animaux dans un enclos en forme de V, spécialement conçu à cet effet.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est un cas extrême de maltraitance animale qui a été jugé cette semaine dans le Comté de Clearfield, en Pennsylvanie. Selon la chaîne locale WTAJ, Matthew Brubaker, 31 ans, Terry Wallace, 41 ans, et Marc Measnikoff, 34 ans, étaient tous trois accusés d'avoir régulièrement abusé d'animaux dans leur «ferme de fortune», bâtisse isolée située à Munson.

L'affaire, qui s'est déroulée sur les quatre à cinq dernières années, avait éclaté en août 2018 après que la police locale a été appelée sur place. Les policiers avaient alors découvert «un grand volume de vidéos, d’appareils d’enregistrement et de caméras» et interpellé un adolescent de 16 ans qui vivait également sur le site.

1 400 chefs d'accusation

Ce dernier avait confié aux agents que les trois hommes avaient régulièrement des rapports sexuels avec des animaux dans un enclos en forme de V, spécialement conçu à cet effet. Ils ont abusé au total d'au moins 12 animaux, dont neuf juments, une chèvre et des chiens. Il s'est avéré que les individus forçaient le jeune homme à maîtriser les animaux pendant qu'ils abusaient d'eux.

Arrêtés et inculpés pour plus de 1 400 chefs d'accusation, parmi lesquels relations sexuelles avec des animaux, cruauté envers les animaux, atteinte au bien-être d'enfants ou encore corruption de mineurs, les trois abuseurs ont été condamnés, mardi dernier, à des peines de 20 à 41 ans de prison.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Djami Mis le 26.04.2019 02:40 Report dénoncer ce commentaire

    bien contente pour eux j espère qu ils vont subir la même chose en prison

  • Doctor Who le 26.04.2019 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu comme dans les Vosges

  • bonsens le 25.04.2019 18:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est n’importe quoi les américains!

Les derniers commentaires

  • @anti con le 26.04.2019 13:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Exactement!D'accord à 100% avec vous.Ce genre de personnage c'est des pervers.Aux Etat Unis il y a des choses exagérées mais là c'est un crime d'abuser d'êtres vivants qui ne peuvent pas se défendre humain ou non pas de différence!

  • anti-cons le 26.04.2019 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    Bel exemple de condamnation! c'est pas en France qu'on aurait des verdicts aussi justes;Notre pays est digne des pays les plus arriérés: corrida, foie gras, tortionnaires d'animaux punis de sursis, élevages indignes, bref, nous sommes de minables barbares!

  • @bof bof le 26.04.2019 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel idée.Je ne pense pas qu'une chienne aime se faire sauter par un humain car c'est contre nature.Il faut se demander ici qui est l'animal.Dégoutant!Il faudrait peut-être lire tout l'article:Il s'est avéré que les individus forçaient le jeune homme à maîtriser les animaux pendant qu'ils abusaient d'eux.

  • louisa le 26.04.2019 09:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans les Vosges sérieux??

  • Doctor Who le 26.04.2019 08:45 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu comme dans les Vosges