Israël

17 octobre 2021 22:32; Act: 18.10.2021 09:35 Print

Ils posent nus près de la mer Morte pour un artiste

Posté sur un camion, le photographe américain Spencer Tunick, connu pour ses compositions formées de foules nues, a immortalisé un groupe de personnes, près de la mer Morte.

storybild

Le photographe américain Spencer Tunick est connu pour ses compositions de personnes dénudées. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quelque 200 personnes ont posé nues, dimanche, le corps peint en blanc pour le dernier projet du photographe américain Spencer Tunick, en Israël près de la mer Morte, menacée d’assèchement. Il s’agit du troisième projet de ce genre sur les bords de la mer Morte pour le photographe de 54 ans, invité par le ministère du Tourisme israélien et la ville d’Arad (est), où s’est déroulée la séance.

Posté sur un camion, Spencer Tunick, connu pour ses compositions formées de foules nues, donnait ses instructions avec un mégaphone aux personnes posant sur les collines rocheuses surplombant la mer aux couleurs turquoise. Il a expliqué avoir recouvert de peinture blanche ses modèles pour évoquer l’épisode biblique de la femme de Loth, transformée selon la tradition en statue de sel à cet endroit.

Un tiers de sa surface perdue

Nissan Ben Hamo, le maire d’Arad, a émis l’espoir que ce tournage aide à collecter des fonds pour un nouveau musée sur la mer Morte. Cette dernière a perdu un tiers de sa surface depuis 1960 et continue de baisser de plus d’un mètre par an.

À ce rythme, cette merveille de la nature, située au point le plus bas du monde (moins 420 mètres) entre Israël, la Jordanie et les Territoires palestiniens, pourrait avoir disparu d’ici à 2050, selon des experts.

L’assèchement a commencé dans les années 1960 avec l’exploitation économique des eaux du Jourdain, principale source d’approvisionnement de la mer Morte, la plus salée du monde.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.