Impasse politique

29 mai 2019 07:14; Act: 29.05.2019 09:06 Print

Israël pourrait organiser de nouvelles élections

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, n'arrive pas, pour le moment, à former de nouveau gouvernement. La menace de dissolution du Parlement a été brandie.

storybild

Benjamin Netanyahu (à droite) se heurte pour le moment à son ancien ministre Avigdor Lieberman (à gauche). (photo: AFP/Menahem Kahana)

Sur ce sujet
Une faute?

La perspective de nouvelles élections, quelques mois seulement après les dernières, se profile de plus en plus nettement en Israël, où il ne reste que quelques heures à Benjamin Netanyahu pour former une coalition gouvernementale. Si les Israéliens devaient retourner aussi vite aux urnes après avoir élu leur Parlement le 9 avril, ce serait une première. L'avenir de l'insubmersible M. Netanyahu, au pouvoir depuis plus de 10 ans sans discontinuer mais cerné par les enquêtes pour corruption, serait plus que jamais en question.

Israël n'en est toutefois pas encore là. M. Netanyahu a jusqu'à mercredi minuit pour assembler une coalition gouvernementale. Le président Reuven Rivlin a déclaré mardi qu'il laisserait M. Netanyahu utiliser tout le temps à sa disposition au regard de la loi. Il a dit espérer qu'Israël ne se retrouverait «pas dans la fâcheuse situation de devoir tenir de nouvelles élections». Mais M. Netanyahu, triomphant dans la nuit du 9 avril, se heurte dans les négociations à un mur, en la personne de son ancien ministre de la Défense, Avigdor Lieberman. Devant l'apparente impasse, le parti de droite de M. Netanyahu, le Likoud, a initié la dissolution du Parlement (Knesset).

Les députés ont approuvé un texte en ce sens en lecture préliminaire lundi, puis en première lecture avant l'aube, mardi. Une date a même été fixée provisoirement pour de nouvelles élections: le 17 septembre. La loi devrait encore être adoptée en deuxième et troisième lectures pour que la Knesset soit dissoute. C'est réalisable d'ici à mercredi soir, mais ce n'est pas acquis. Le vote a toutes les apparences d'une tactique pour que le maître manœuvrier qu'est M. Netanyahu conserve la main.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.