Annonce polémique

20 février 2020 16:06; Act: 21.02.2020 09:40 Print

Israël veut construire encore dans les colonies

De nouveaux logements vont être construits à Jérusalem-Est, a indiqué jeudi, le Premier ministre israélien. L'annonce fait déjà polémique.

storybild

Les colonies israéliennes en territoire palestinien (ici à Halamish) font toujours polémique. (photo: AFP/Abbas Momani)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé jeudi, la construction de milliers de nouveaux logements dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville. «Nous ajoutons 2 200 logements à Har Homa», a déclaré le Premier ministre, dans une vidéo diffusée par son bureau, dans laquelle il apparaît à proximité de ladite colonie. «J'ai fondé ce quartier en 1997 lorsque j'ai été élu Premier ministre, malgré les objections du monde entier, a-t-il ajouté. Il y a aujourd'hui 40 000 habitants, et nous en ajoutons 10 000».

M. Netanyahu, en campagne pour les législatives du 2 mars, les troisièmes en moins d'un an, a aussi annoncé la construction de milliers de logements dans un autre secteur de la partie orientale de Jérusalem. «Mais la nouvelle encore plus importante aujourd'hui est que j'ai approuvé la construction à Givat Hamatos. Cela signifie 4 000 nouveaux logements, 1 000 pour les habitants arabes de Beit Safafa (NDLR: secteur palestinien à proximité) et 3 000 pour des habitants juifs», a-t-il déclaré.

«La construction à Givat Hamatos est un sérieux coup porté à la solution à deux États» (NDLR: israélien et palestinien), a estimé sur Twitter l'ONG israélienne anticolonisation «La paix maintenant». «C'est le dernier endroit qui permettrait une continuité territoriale entre Bethléem et Jérusalem-Est», a indiqué l'ONG. Aujourd'hui, plus de 600 000 personnes habitent dans les colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. La colonisation de ces territoires, occupés depuis 1967 par Israël, s'est accélérée ces dernières années sous l'impulsion de M. Netanyahu et de son allié à Washington, le président Donald Trump.

(L'essentiel/afp)