Le père d'Assange s'inquiète

14 avril 2019 10:15; Act: 15.04.2019 11:05 Print

«J'ai 74 ans et je parais en meilleure forme que lui»

John Shipton, le père biologique du fondateur de WikiLeaks, est choqué de l'état de santé de son rejeton. Il demande à l'Australie de le rapatrier.

Sur ce sujet
Une faute?

Le père du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a exhorté dimanche le gouvernement australien à rapatrier son fils en Australie, en se disant choqué de l'état visiblement affaibli dans lequel il semblait lors de son arrestation jeudi à Londres. John Shipton, qui est le père biologique de Julian Assange, fut le secrétaire du WikiLeaks Party, une formation politique créée par son fils à l'occasion des sénatoriales de 2013 et qui a fait un score confidentiel.

Des médias rapportent que M. Shipton aurait rendu visite à son fils à chaque Noël dans l'ambassade d'Équateur en Grande-Bretagne, où il a vécu de 2012 jusqu'à son arrestation. «Le DFAT (ministère australien des Affaires étrangères) et le Premier ministre doivent faire quelque chose», a déclaré M. Shipton au Sunday Herald Sun de Melbourne. «Cela peut se résoudre simplement pour la satisfaction de tous. Il y a eu des discussions entre un sénateur et un haut responsable du DFAT pour l'extradition de Julian vers l'Australie», a-t-il ajouté. Il s'est dit choqué par l'apparence de son fils lors de son arrestation à l'ambassade en vertu d'une demande d'extradition américaine pour «piratage informatique» - qui sera examinée au cours d'une audience le 2 mai - et d'un mandat délivré en juin 2012 par la justice britannique pour non présentation au tribunal.

«Il ne pouvait même pas aller aux toilettes»

«J'ai vu comme les flics ont dû le porter jusqu'en bas des marches. Il ne semblait pas bien. J'ai 74 ans et je parais en meilleure forme que lui qui en a 47. C'est très choquant», a-t-il confié. «Pendant des mois et des mois, il a vécu comme un détenu d'une prison de haute sécurité, il ne pouvait même pas aller aux toilettes. Il y avait des caméras suivant ses moindres mouvements». Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré vendredi que Julian Assange ne recevrait «aucun traitement spécial» de Canberra.

Julian Assange s'était réfugié en 2012 dans l'ambassade d'Équateur pour éviter d'être extradé vers la Suède, où il était accusé de viol, un dossier depuis classé. L'Australien est inculpé aux États-Unis d'association de malfaiteurs en vue de commettre un «piratage informatique», passible d'une peine maximum de cinq ans de prison, a révélé jeudi le ministère américain de la Justice. Il est accusé d'avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).