Manifestations à Hong Kong

17 octobre 2020 18:20; Act: 17.10.2020 18:20 Print

«J’ai eu peur de mourir durant la détention»

Disparue durant l’été 2019, la militante hongkongaise Alexandra Wong, 64 ans, affirme avoir été placée en «détention criminelle» puis retenue en Chine continentale durant plus d’une année.

Sur ce sujet
Une faute?

L’activiste «Mamie Wong» est réapparue samedi, affirmant avoir été arrêtée, puis retenue pendant 14 mois en Chine continentale. La sexagénaire hongkongaise avait disparu à l’été 2019 alors qu’elle avait l’habitude de participer aux manifestations pro-démocratie.

Alexandra Wong, 64 ans, a affirmé avoir été contrainte de signer une déclaration dans laquelle elle s’engageait à renoncer à tout militantisme. Elle a aussi déclaré avoir été envoyée en «voyage patriotique» dans le nord de la Chine. Surnommée affectueusement «Mamie Wong» par les manifestants pro-démocratie, l’énergique sexagénaire s’était fait remarquer en venant aux manifestations avec un drapeau britannique dont la taille contrastait avec son corps fluet. Elle était de presque tous les rassemblements dès les premiers jours de la mobilisation en juin 2019.

Mais elle avait disparu fin août 2019, n’entretenant que quelques contacts sporadiques avec les médias de l’ex-colonie britannique. Samedi, lors d’une conférence de presse à Hong Kong, elle a raconté qu’après une manifestation en août 2019, elle avait été arrêtée à la frontière, alors qu’elle rentrait à Shenzhen, la ville de Chine continentale où elle vivait depuis 14 ans.

«J’ai eu peur de mourir»

Elle a expliqué avoir été placée en «détention administrative» puis en «détention criminelle» par les autorités de Shenzhen pendant 45 jours, sans savoir les chefs d’accusation dont elle était l’objet. «J’ai eu peur de mourir dans le centre de détention», a-t-elle dit. Quand cette période de détention a été terminée, elle dit avoir été contrainte de déclarer devant une caméra qu’elle n’avait pas été torturée. Mais aussi de promettre qu’elle ne donnerait pas d’interview ni ne manifesterait.

Elle dit qu’on lui demanda aussi de renier par écrit son engagement politique. «La pire chose que j’ai faite de ma vie fut d’écrire cette confession. Mais je n’avais aucun moyen de négocier», a-t-elle dit. Cette confession ne lui a pas permis de retrouver tout de suite la liberté puisqu’elle a été envoyée pendant cinq jours en «voyage patriotique» dans la province du Shaanxi. Elle y a été prise en photo en train de brandir le drapeau chinois et de chanter l’hymne national.

Libérée sous caution

Elle a ensuite été libérée sous caution dans l’attente de son procès pour «incitation au trouble public», une qualification souvent utilisée contre les dissidents par le pouvoir chinois. Mais elle n’a reçu aucun document écrit détaillant les chefs d’accusation.

Pendant un an, elle n’était autorisée qu’à retourner chez elle à Shanzhen, mais pas à se rendre à Hong Kong. Ces restrictions ont été levées fin septembre. «Je n’ose plus retourner à Shenzhen», a-t-elle dit aux journalistes. Hong Kong est la cible d’une reprise en main musclée de Pékin à la suite de la mobilisation sans précédent de 2019.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Belge, une fois, le vrai le 17.10.2020 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui peuvent encore quitter Hong-Kong doivent partir tout de suite ! La RPC de Pékin installe progressivement la dictature là-bas et ils n'épargneront personne ...

  • luis le 17.10.2020 19:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la union européenne devrait être plus sévère et appliquer des sanction al,encontre de la RPC

Les derniers commentaires

  • Le Belge, une fois, le vrai le 17.10.2020 22:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ceux qui peuvent encore quitter Hong-Kong doivent partir tout de suite ! La RPC de Pékin installe progressivement la dictature là-bas et ils n'épargneront personne ...

  • luis le 17.10.2020 19:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la union européenne devrait être plus sévère et appliquer des sanction al,encontre de la RPC