Japon

11 septembre 2019 07:45; Act: 11.09.2019 11:10 Print

Jeu des chaises musicales dans le gouvernement

Le gouvernement japonais a été remanié mercredi par le Premier ministre Shinzo Abe. Avec quelques petits nouveaux, dont un populaire fils d'ancien Premier ministre.

storybild

Toshimitsu Motegi change de casquette. Il laisse celle de la revitalisation économique pour celle de la diplomatie. (photo: archive)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministre de la revitalisation économique passe aux Affaires étrangères, le chef de la diplomatie à la Défense, un jeune loup populaire de 38 ans fait son entrée: le Premier ministre japonais Shinzo Abe a remanié mercredi son gouvernement. La devise de cette énième refonte: «Stabilité et défi».

Le premier terme de ce slogan correspond au maintien de la colonne vertébrale formée par les vétérans Taro Aso, reconduit aux Finances, et le secrétaire général du gouvernement, Yoshihide Suga, qui reste à ce poste et assure aussi la fonction de porte-parole de l'exécutif. Ils sont là depuis le retour de M. Abe au pouvoir fin 2012. Celui qui était aux Affaires étrangères, Taro Kono, passe à la Défense, ce qui peut être interprété comme un signe du soutien de M. Abe à sa fermeté dans la récente escalade de querelles avec la Corée du Sud.

Toshimitsu Motegi, l'homme au cœur des négociations commerciales avec les États-Unis après la sortie de ceux-ci de l'accord multilatéral transpacifique (TPP), change de casquette. Il laisse celle de la revitalisation économique pour celle de la diplomatie, une récompense, alors que Tokyo et Washington sont censés annoncer prochainement la conclusion d'une entente commerciale. Le poste des Affaires étrangères est cependant des plus sensibles, compte tenu des relations tendues avec la Corée du Sud, des différends territoriaux avec la Chine ou la Russie, sans compter les coups de boutoir de l'allié américain et les tergiversations de la Corée du Nord avec son programme nucléaire.

L'après-Abe

Le côté «défi» de ce nouveau gouvernement se trouve quant à lui dans un coup médiatique: la nomination d'une figure populaire, Shinjiro Koizumi, fils de l'ex-Premier ministre Junichiro Koizumi. À 38 ans, M. Koizumi, qui hérite du portefeuille de l'Environnement, est le troisième plus jeune ministre nommé au Japon depuis la fin de la guerre. C'est la figure montante, le personnage qui fait vibrer les médias tant par son côté beau-gosse et «people» que trublion.

On l'a vu récemment défrayer la chronique en allant annoncer au Premier ministre son mariage avec une populaire animatrice franco-japonaise. Mais il n'avait pas soutenu M. Abe lors d'une élection interne au Parti Libéral-démocrate (PLD) présidé par Abe, lui préférant son principal rival.

Les femmes, elles, ne sont que deux (Sanae Takaichi aux Affaires intérieures et Seiko Hashimoto aux Jeux olympiques), même si M. Abe continue de dire qu'il veut une société où «brille» la gent féminine. Les médias japonais spéculent déjà sur le nom du possible successeur de M. Abe à la tête du gouvernement, l'actuel Premier ministre devant en théorie quitter son poste en 2021. «Abe cherche à lancer la course pour le prochain et peut-être même celui d'après», analyse Yoshimasa Maruyama, économiste de SMBC Nikko Securities.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.