Aux États-Unis

18 septembre 2020 07:27; Act: 18.09.2020 09:40 Print

Joe Biden affronte les questions des Américains

Jouant sur l’empathie et la colère anti-Trump, le candidat démocrate a retrouvé jeudi, les électeurs, lors d’une réunion en drive-in en Pennsylvanie.

storybild

Joe Biden à Scranton, le 17 septembre 2020. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C’est devant un public rassemblé en mode «drive-in» que Joe Biden a retrouvé les électeurs américains, jouant, grâce à des questions plutôt clémentes, sur son point fort, l’empathie, et critiquant vivement la gestion «presque criminelle» de la pandémie par son rival Donald Trump. «Ce président devrait démissionner», a lancé jeudi soir le candidat démocrate à propos du républicain qu’il défiera dans les urnes le 3 novembre.

Déplorant sa gestion de la crise sanitaire qui a fait près de 200 000 morts aux États-Unis et plombé la première économie mondiale, l’ex-vice-président de Barack Obama a fait allusion aux propos du milliardaire américain, qui avait déclaré au journaliste Bob Woodward, avoir délibérément décidé de «minimiser» la pandémie. «Il le savait et il n’a rien fait. C’est presque criminel», a accusé Joe Biden. À moins de 50 jours du scrutin, le candidat de 77 ans a choisi les alentours de sa ville natale de Scranton, dans l’État-clé de Pennsylvanie, pour son retour dans le ring électoral en affrontant directement, pour la première fois depuis sa victoire à la primaire, les questions des Américains.

«Joe l’endormi»

L’occasion pour lui de tester une nouvelle ligne d’attaque contre le milliardaire américain, en soulignant ses origines humbles dans cette ville ouvrière. «Je vois vraiment cette campagne comme une campagne entre Scranton et Park Avenue», la chic avenue de Manhattan, à quelques pas de l’immense Trump Tower. Joe Biden mène de loin dans les sondages nationaux, mais l’écart est plus serré dans une demi-douzaine d’États pivots, qui font en réalité les élections américaines en basculant d’un parti à l’autre. Connu pour ses gaffes, moqué par son rival républicain, qui le surnomme «Joe l’endormi», pour sa petite forme supposée, le septuagénaire a été scruté pendant l’heure de cette curieuse émission. Et a évité les gros faux pas, adoptant un ton décidé, à la limite du surjoué parfois.

À cause de la pandémie, CNN avait opté pour un format télévisé rare: les quelque 100 membres du public étaient venus en voiture jusque devant la scène installée sur un parking pour Joe Biden, rassemblés en mode «drive-in» pour respecter la distanciation physique. La Pennsylvanie limite à 250 personnes tout rassemblement. Ce format, distancé, a ajouté dans la froideur. Au point qu’un message est passé pendant une pause publicitaire pour appeler le public à applaudir un peu plus, selon le groupe restreint de journalistes autorisés à assister, un moment, à l’émission. Mais Joe Biden s’est gagné des applaudissements en appelant Donald Trump à démissionner ou en affirmant qu’un Américain n’avait pas besoin de passer par les plus prestigieuses universités américaines pour devenir président.

Face à une femme qui avait perdu sa sœur à cause du Covid-19 ou un enseignant immunodéficient craignant de ne plus jamais pouvoir retrouver ses élèves, l’ancien vice-président, à la vie marquée par les tragédies, a une nouvelle fois démontré son sens de l’empathie, qui n’est pas le point fort de Donald Trump, 74 ans. La plupart des questions, plutôt clémentes, sont venues d’électeurs démocrates ou indépendants, mais une électrice de Donald Trump l’a poussé un peu plus dans ses retranchements. Et quand il a interrompu sa question, elle l’a appelé à la laisser terminer. Le candidat s’est excusé.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.