Propos controversés

07 juillet 2019 11:40; Act: 08.07.2019 11:44 Print

Joe Biden: «Oui, j'avais tort, et je le regrette»

Le candidat démocrate Joe Biden, a présenté ses excuses pour ses propos controversés sur ses liens passés avec des ségrégationnistes.

storybild

Joe Biden en Caroline du Sud, le 6 juillet 2019.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien vice-président des États-Unis, Joe Biden, candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, a présenté samedi ses excuses pour ses propos controversés sur ses liens passés avec des ségrégationnistes.

Depuis que la polémique a éclaté, M. Biden, en tête dans la course à l'investiture du Parti démocrate selon les sondages, refusait de présenter des excuses. C'est pourtant ce qu'il a fait samedi lors d'un discours en Caroline du Sud.

M. Biden avait soulevé les critiques en déclarant en juin qu'il avait eu dans le passé des relations marquées par la «civilité» avec deux sénateurs démocrates ouvertement ségrégationnistes du sud des États-Unis. Avec ces sénateurs à présent défunts, James Eastland et Herman Talmadge, «il y avait au moins une certaine civilité», avait dit M. Biden. «Nous n'étions pas d'accord sur grand-chose», mais «nous avons fait des choses».

L'ancien vice-président avait été durement attaqué pour ces propos lors d'un débat entre candidats démocrates à l'investiture le 27 juin, spécialement par la sénatrice Kamala Harris, qui aspire à devenir la première présidente noire des États-Unis. Interrogé par la suite par la presse sur de possibles excuses, M. Biden s'était montré défiant. «M'excuser pour quoi?», avait-il dit.

Surpris mais pas inquiet

Mais samedi il a fait volte-face. «Est-ce que j'avais tort il y a quelques semaines de donner d'une certaine manière l'impression que je louais ces hommes auxquels je me suis opposé de nombreuses fois avec succès? Eh bien oui, j'avais tort, et je le regrette. Et je suis désolé pour toute souffrance ou toute incompréhension que (mes propos) peuvent avoir causé à qui que ce soit», a déclaré M. Biden dans son discours.

«Est-ce que ce faux pas doit définir 50 ans de mon action dans la lutte pour les droits civiques, pour la justice raciale dans ce pays? J'espère que non», a ajouté le candidat. Bien que les sondages le donnent toujours en tête des candidats démocrates, M. Biden a vu son avance fondre après les attaques contre lui de Kamala Harris sur des questions raciales.

Les sondages ont montré aussitôt après ce débat une forte baisse de M. Biden et une nette poussée de Mme Harris. L'ancien vice-président a déclaré vendredi lors d'une interview à CNN qu'il avait été surpris par la virulence des attaques de Kamala Harris, mais qu'il n'était pas inquiet car, a-t-il dit, «les Américains pensent qu'ils me connaissent».

(L'essentiel/afp)