États-Unis

09 septembre 2021 13:40; Act: 09.09.2021 13:49 Print

Joe Biden veut virer les fidèles de Trump

Le président américain exige la démission de onze anciens hauts responsables de l’administration Trump. Plusieurs d’entre eux refusent de le faire.

Sur ce sujet
Une faute?

Joe Biden fait le ménage. Selon CNN, le président des États-Unis exige que onze anciens hauts responsables de l’administration Trump démissionnent ou soient licenciés. Parmi ces fonctionnaires figurent d’anciens alliés très en vue du républicain, comme l’ancien porte-parole Sean Spicer, l’ex-conseillère principale du président Kellyanne Conway et l’ex-conseiller à la sécurité nationale H.R. McMaster. Ces personnes avaient été nommées respectivement aux conseils consultatifs de l’Académie navale, de l’Académie des forces aériennes et de West Point (armée de terre).

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a confirmé cette information. «L’objectif du président est le même que celui de tout président: s’assurer que les candidats et les personnes qui siègent à ces conseils sont qualifiés pour y siéger et correspondent à ses valeurs. Et donc oui, c’est une demande qui a été faite», a-t-elle déclaré lors d’un point de presse.

«Non. C’est un mandat de trois ans»

Selon le site web de l’Académie des forces aériennes, les conseils consultatifs des académies militaires ont été créés pour superviser «le moral, la discipline, le climat social, le programme d’études, l’instruction, l’équipement physique, les affaires fiscales, les méthodes académiques et d’autres questions» relatives aux académies militaires du pays. Chaque conseil se réunit plusieurs fois par an et ses membres fournissent des conseils et des recommandations indépendants au président.

Russell Vought a d’ores et déjà fait savoir qu’il ne démissionnerait pas. «Non. C’est un mandat de trois ans», a tweeté l’ancien directeur du Bureau de la gestion et du budget de Trump.

Kellyanne Conway, elle, est allée plus loin en réclamant le départ de Joe Biden dans une lettre lui étant adressée: «Je ne démissionnerai pas, mais vous devriez le faire», a-t-elle écrit, qualifiant cette décision de «petite et politique, si ce n’est personnelle».

Sean Spicer, lui, a invité le président à se concentrer sur les «Américains coincés en Afghanistan».

(L'essentiel/joc)