Canada

04 juillet 2020 09:50; Act: 04.07.2020 10:03 Print

Justin Trudeau encore visé par une enquête éthique

Cette enquête porte sur l’octroi controversé d’un contrat à une organisation caritative pour gérer un important programme gouvernemental.

storybild

Le premier ministre canadien Justin Trudeau, le 18 juin 2020. (Justin Tang/The Canadian Press via AP) (photo: KEYSTONE)

Sur ce sujet
Une faute?

Une troisième enquête sur des conflits d’intérêts et à l’éthique a été ouverte à l’encontre du Premier ministre canadien Justin Trudeau. Elle porte sur l’octroi controversé d’un contrat à une organisation caritative pour gérer un important programme gouvernemental.

Le commissaire à l’éthique, un officier indépendant du Parlement, a indiqué vendredi sur Twitter en avoir «informé» le chef du gouvernement. Son enquête est confidentielle et fera l’objet d’un rapport, une fois achevée. Cette annonce est intervenue après que l’organisation caritative en question a annoncé vendredi son retrait de la gestion d’un programme gouvernemental, qui suscitait des critiques en raison de la proximité de cette ONG avec Justin Trudeau.

Les cofondateurs de WE Charity (UNIS en français) avaient indiqué dans un communiqué avoir pris cette décision en raison de la «controverse» que suscitait le choix de leur organisation pour gérer ce programme destiné à encourager le bénévolat étudiant en temps de pandémie de coronavirus.

Bourses d'études

Le gouvernement de Justin Trudeau avait annoncé à la fin juin qu’il confiait à l’organisation la gestion du programme fédéral doté d’un budget de 900 millions de dollars canadiens (589 millions d'euros) et offrant des bourses allant jusqu’à 5 000 dollars (3 273 euros) aux étudiants admissibles, en retour de travail volontaire auprès d’associations sans but lucratif.

Justin Trudeau, son épouse ainsi que la mère du premier ministre ont tous été invités comme conférenciers par We Charity, ce qui avait amené les partis d’opposition à évoquer un traitement de faveur. «La façon dont tout cela s’est déroulé est décevante», a reconnu vendredi Justin Trudeau lors d’un point de presse. Il a également défendu son implication personnelle ainsi que celle de sa famille auprès de l’organisation. «Cela fait des années que je m’implique auprès des jeunes», a-t-il dit.

Le commissaire à l’éthique a déjà publié deux rapports concluant que le premier ministre avait violé la loi sur les conflits d’intérêts: en 2017, pour avoir accepté des vacances sur l’île privée de l’Aga Khan et l’an dernier, pour avoir tenté d’influencer une procédure judiciaire dans l’affaire SNC-Lavalin.

(L'essentiel/afp)