Canada

23 septembre 2019 08:01; Act: 23.09.2019 10:12 Print

Justin Trudeau repart en campagne

Le Premier ministre canadien tente de faire oublier le récent scandale de «blackface» en promettant des baisses d'impôts dans l'espoir d'être réélu.

storybild

Justin Trudeau, le 20 septembre 2019.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a repris le chemin de la campagne électorale dimanche, en promettant des baisses d'impôts et de frais de téléphonie mobile, mais il a dû une nouvelle fois se justifier sur le scandale des photos de «blackface». Après une journée de repos samedi, Justin Trudeau s'est rendu dimanche à Brampton en Ontario (centre) où il a annoncé deux mesures concrètes à destination de la classe moyenne, cible privilégiée des Libéraux comme de l'opposition conservatrice pour les législatives du 21 octobre.

Le dirigeant libéral a annoncé que s'il était réélu, la première tranche de 15 000 dollars canadiens (10 251 euros) sur le revenu ne serait plus imposée. Il a par ailleurs promis de faire baisser de 25% d'ici quatre ans les frais de GSM au Canada, «parmi les plus chers des pays du G7» selon lui, notamment en incitant les fournisseurs à proposer un forfait familial illimité. Ces mesures devraient permettre de «remettre plus de 1 500 dollars (1 000 euros) dans la poche des familles canadiennes qui travaillent dur», a-t-il promis.

«Contre le racisme et l'intolérance»

Son principal opposant, le conservateur Andrew Scheer, a lui aussi promis que l'objectif principal de son gouvernement serait de «remettre de l'argent dans les poches des Canadiens». Justin Trudeau a ensuite donné une conférence de presse au cours de laquelle il a de nouveau essuyé un barrage de questions sur les photos et vidéos parues la semaine dernière dans plusieurs médias, et le montrant grimé de noir («blackface») ou de brun («brownface») à plusieurs reprises entre les années 1990 et 2001.

«En tant que pays, nous devons continuer à travailler en faveur de la diversité, contre le racisme et l'intolérance», a-t-il assuré. «À titre personnel, je dois continuer à avoir des conversations très importantes sur les choix que j'ai faits par le passé et sur la façon dont je peux retrouver la confiance des Canadiens que j'ai blessés». L'opposition a vertement critiqué le Premier ministre, qui se présente comme le chantre du multiculturalisme, de la lutte contre le racisme et les discriminations. Accusé d'hypocrisie, Justin Trudeau a plaidé l'erreur de jeunesse et demandé aux Canadiens de le pardonner.

Les Conservateurs creusent l'écart

Selon plusieurs enquêtes d'opinion publiées ce week-end par la presse canadienne, les Conservateurs semblent avoir légèrement creusé l'écart et pris une avance de quelques points sur les Libéraux de Justin Trudeau, suite au scandale.

Alors que Conservateurs et Libéraux étaient au coude-à-coude avant le début de la campagne, le baromètre quotidien de l'institut Nanos donnait ainsi dimanche les Conservateurs à 35,5% d'intentions de vote, contre 32,9% pour les Libéraux. Selon le même institut, Justin Trudeau reste toutefois en tête des préférences pour devenir le prochain Premier ministre, avec 31,5% de bonnes opinions contre 29,2% à son principal adversaire.

L'agrégateur de sondages de la chaîne CBC montrait également un écart en faveur des conservateurs (34,6 contre 32,9), tandis qu'une étude de l'institut Forum Research publiée dimanche par le Toronto Star et réalisée après la publication des images, donne les deux grands partis à égalité (33%).

(L'essentiel/afp)