Déforestation et pandémies

14 mai 2020 17:16; Act: 14.05.2020 17:51 Print

«L'Amazonie est un grand réservoir à virus»

La forêt amazonienne est un «grand réservoir à virus», prévient un chercheur brésilien, qui met en garde contre les déséquilibres que peut provoquer l’intervention humaine dans les jungles.

storybild

1 202 km² de jungle ont disparu depuis le début de l’année (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'intervention humaine dans des zones à la faune et flore indigènes peut provoquer des déséquilibres écologiques et propager des maladies depuis le coeur de la jungle. Avec la déforestation de l'Amazonie, la prochaine grande pandémie pourrait être brésilienne, prévient le chercheur David Lapola. «L'Amazonie est un grand réservoir à virus», affirme ce scientifique de 38 ans. «Nous sommes en train de jouer avec le feu».

La plus grande jungle tropicale du monde a encore de vastes zones préservées, «mais il y a toujours plus de déforestation, de destruction (...). Quand on provoque ce déséquilibre écologique (...) il peut y avoir une transmission du virus (des animaux aux hommes)», explique-t-il dans un entretien à l'AFP.

Spécialiste de l'environnement, David Lapola rappelle que le VIH, l'Ebola et la dengue ont sévi ou sévissent encore sur le globe. «C'est historique, tous ont été des virus qui se sont fortement disséminés à partir de déséquilibres écologiques».

Il précise que, selon les études, ces transmissions ont lieu plus fréquemment en Asie du Sud et en Afrique, où se trouvent certaines familles de chauves-souris. Mais la diversité de la faune et la flore amazonienne pourraient faire de cette région «le plus grand dépôt de coronavirus du monde», dit-il, en référence au coronavirus en général et non au nouveau coronavirus parti de Chine.

Mais «ce n'est pas la faute des chauves-souris, il ne faut pas sortir les tuer», précise le chercheur brésilien du Centre de recherches météorologiques et appliquées à l'agriculture de l'Unicamp.

«C'est une raison supplémentaire pour ne pas faire cet usage irrationnel, qui est en hausse actuellement, de notre Amazonie», estime-t-il.

«Refonder» la relation avec la jungle

David Lapola prévient que le contexte actuel au Brésil, où le Covid-19 a déjà fait plus de 13 000 morts, rend encore plus difficile la surveillance de la jungle tropicale, qui est menacée. «Nous devons répondre à cette crise sanitaire et tous nos efforts doivent tendre vers ce but (...) Mais c'est inquiétant car nous avons une hausse très importante (de la déforestation), alors que ce n'est même pas la saison», assure-t-il.

Durant les quatre premiers mois de 2020, 1 202 kilomètres carré de jungle ont disparu, selon les données satellitaires de l'Institut national de recherche spatiale du Brésil (INPE).

Cela représente une augmentation de 55% par rapport à la même période de l'année dernière, la plus élevée depuis que ces observations mensuelles ont commencé, en août 2015.

Le président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro, un climato-sceptique qui préconise l'ouverture des terres protégées à l'exploitation minière et à l'agriculture, a envoyé cette semaine des militaires pour combattre la déforestation.

«La question la plus grave est l'utilisation de l'armée pour toutes sortes de problèmes au Brésil. Cela démontre une certaine crise institutionnelle et le démantèlement de l'agence environnementale Ibama», poursuit-il. «Il est démontré que l'avancée de la déforestation dépend de ceux qui nous gouvernent. La bonne nouvelle c'est que les gouvernements passent. J'espère que lors d'une prochaine administration nous ferons plus attention à cet énorme trésor biologique, sans doute le plus grand de la planète», dit-il au sujet de l'Amazonie, dont plus de 60% est en territoire brésilien. Le chercheur estime aussi qu'il est également nécessaire de «refonder le rapport de la société avec les jungles».

Pour David Lapola, la propagation de nouvelles maladies depuis le fin fond de la jungle «est un processus trop complexe pour être prévu, il vaut mieux appliquer le principe de précaution et ne pas joueur avec le feu» en provoquant des désastres écologiques.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • mufra le 14.05.2020 19:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est vrai qu’il u a une foret amazonienne à wuran !!!

  • LeCze le 14.05.2020 22:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est normal que les forêts ont brulées quand on joue avec le feu

  • Phi le 14.05.2020 19:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et da continue.

Les derniers commentaires

  • LeCze le 14.05.2020 22:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est normal que les forêts ont brulées quand on joue avec le feu

  • Technistein and Brothers le 14.05.2020 20:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Malheureusement je croix que c'est encore un discours dans les oreilles d'un sourd... pauvre planète le vrais virus ce n'est pas Covid-19...

  • HRCo le 14.05.2020 19:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pour ça qu’il ont décidé de tout brûler! Ok tuer les virus super... zut, y a plus d’air, zut, trop de co2, zut la couche d’ozone... mourir du virus, ou du réchauffement climatique faut choisir! Belle humanité

  • mufra le 14.05.2020 19:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est vrai qu’il u a une foret amazonienne à wuran !!!

  • Phi le 14.05.2020 19:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et da continue.