En Amazonie

07 mai 2020 23:43; Act: 08.05.2020 15:45 Print

L'armée en renfort face à la déforestation

Après une année 2019 record, la situation en Amazonie est inquiétante, alors que la saison sèche ne débute que fin mai.

storybild

La déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85% l'an dernier, sur 10 123 km².

Sur ce sujet
Une faute?

Le président brésilien Jair Bolsonaro a autorisé jeudi l'envoi de l'armée pour lutter contre la déforestation et les incendies en Amazonie. Ces fléaux semblent progresser encore plus qu'en 2019, année de tous les records.

La première année au pouvoir de Jair Bolsonaro avait été marquée par un nombre jamais vu d'incendies qui avaient dévasté d'immenses zones de la plus grande forêt tropicale du monde et attiré un flot de critiques de la communauté internationale sur le Brésil. Si la saison sèche, qui s'accompagne d'une hausse du nombre d'incendies et d'une forte avancée de la déforestation, ne commence qu'à la fin mai, les signaux sont déjà au rouge pour cette année.

La déforestation au cours du premier trimestre a progressé de plus de 50% par rapport à la même période de l'an dernier, portant sur 796 kilomètres carrés. Jair Bolsonaro a signé un décret autorisant les forces armées à prendre «des mesures préventives et restrictives contre les crimes environnementaux, c'est-à-dire la déforestation et les incendies volontaires».

Plus de 10 000 km²

Ce décret concerne la période allant du 11 mai au 10 juin dans des zones protégées, des réserves indigènes et sur des terres fédérales en Amazonie, dont plus de 60% de la surface se trouve au Brésil.

La déforestation en Amazonie brésilienne a progressé de 85% l'an dernier, sur 10 123 km² , dépassant le seuil symbolique des 10 000 km² pour la première fois depuis le début de ces statistiques en 2008, selon des données établies sur la base d'images par satellite. Cette destruction de la forêt est en grande partie imputable aux coupes de bois sauvages, à l'extraction minière ou à l'activité agricole sur des terres normalement protégées.

Jair Bolsonaro, un climato-sceptique assumé qui se soucie peu de l'environnement, est favorable au développement économique de l'Amazonie. L'an dernier, il avait dû envoyer l'armée dans cette immense région pour lutter contre les incendies, sous la pression de la communauté internationale.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.