Caucase

14 octobre 2020 18:19; Act: 14.10.2020 18:18 Print

L’Azerbaïdjan frappe des sites en Arménie

Moscou s’est dit prêt à déployer des «observateurs militaires» le long de la ligne de front pour aider à garantir la trêve entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

storybild

L’armée arménienne a accusé Bakou de «chercher à élargir la géographie du conflit en attaquant le territoire souverain de l’Arménie». (photo: AFP/Aris Messinis)

Sur ce sujet
Une faute?

L’Azerbaïdjan a annoncé mercredi avoir frappé des sites de lancement de missiles sur le territoire arménien. Il s’agit d’une première, qui laisse craindre une escalade du conflit dans la région séparatiste du Nagorny Karabakh. Pour le cinquième jour consécutif, le cessez-le-feu négocié en Russie et censé être en vigueur depuis samedi est resté lettre morte – en dépit des appels appuyés de Moscou comme des Occidentaux.

Pour la première fois, l’armée azerbaïdjanaise a même annoncé avoir bombardé des «systèmes de lancement de missiles» déployés dans la nuit sur le territoire arménien. Selon Bakou, ces systèmes servaient à viser l’Azerbaïdjan.

«Elargir la géographie du conflit»

La porte-parole du ministère arménien de la Défense a confirmé les frappes sur son sol, mais démenti toute volonté de viser des zones civiles en Azerbaïdjan. En revanche, l’armée arménienne «se réserve maintenant le droit de cibler toute installation militaire et tout mouvement de combat sur le territoire de l’Azerbaïdjan», a-t-elle averti. Dans un autre communiqué, l’armée arménienne a accusé Bakou de «chercher à élargir la géographie du conflit en attaquant le territoire souverain de l’Arménie».

Le Nagorny Karabakh, territoire majoritairement peuplé d’Arméniens, a fait sécession de l’Azerbaïdjan peu avant la dislocation de l’URSS, entraînant une guerre ayant fait 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés des deux camps dans les années 1990. Bakou accuse depuis l’Arménie d’occuper son territoire et les heurts armés y sont réguliers. Mais les hostilités en cours sont les plus graves depuis 1994. Après environ trente ans d’impasse diplomatique, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a juré de reprendre le contrôle de ce territoire par la force si nécessaire.

Les belligérants se rejettent la responsabilité de ces nouvelles hostilités qui ont fait plus de 600 morts, selon des bilans partiels qui pourraient être bien plus lourds, l’Azerbaïdjan ne communiquant pas les décès parmi ses troupes. Depuis le début des violences, chaque camp assure infliger de graves revers à l’autre. Le président du Nagorny Karabakh, Araïk Haroutiounian, et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian ont toutefois reconnu mercredi que les troupes séparatistes avaient reculé au nord et au sud de la ligne de front.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • TontonB le 14.10.2020 18:48 Report dénoncer ce commentaire

    Pardon, mais que fait Vladimir Vladimirovitch? Il ne veut pas se fâcher avec son "ami" Erdogan qui achetait missiles russes, ou quoi?

Les derniers commentaires

  • TontonB le 14.10.2020 18:48 Report dénoncer ce commentaire

    Pardon, mais que fait Vladimir Vladimirovitch? Il ne veut pas se fâcher avec son "ami" Erdogan qui achetait missiles russes, ou quoi?

    • TanteA le 14.10.2020 22:01 Report dénoncer ce commentaire

      Donc selon vous il devrait intervenir? S'il le fait vous allez le critiquer aussi!