Conflit

24 septembre 2021 07:33; Act: 24.09.2021 08:24 Print

L’Azerbaïdjan saisit à son tour la justice internationale

Bakou a saisi jeudi, une semaine après l’Arménie, l’organe judiciaire principal de l’ONU contre Erevan, l’accusant de discrimination raciale et de «nettoyage ethnique».

storybild

L’Arménie et l’Azerbaïdjan se sont livré une courte guerre, faisant plus de 6500 morts, à l’automne 2020. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une semaine après le dépôt d’un recours de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan devant la Cour internationale de Justice (CIJ), Bakou a saisi à son tour jeudi l’organe judiciaire principal de l’ONU contre sa voisine, l’accusant de discrimination raciale et de «nettoyage ethnique».

«L’Arménie a mené et continue à mener une série d’actes discriminatoires contre les Azerbaïdjanais sur la base de leur origine ethnique ou nationale», a déploré l’Azerbaïdjan. En écho au recours d’Erevan, Bakou estime que l’Arménie a violé un traité international, la CIEDR (Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale).

«Par des moyens à la fois directs et indirects, l’Arménie continue sa politique de nettoyage ethnique», accuse l’Azerbaïdjan. L’Arménie «incite à la haine et aux violences ethniques contre les Azerbaïdjanais avec des discours haineux et en disséminant de la propagande raciste, y compris au plus haut niveau de son gouvernement», poursuit le pays.

Plus de 6 500 morts

L’Azerbaïdjan demande à la CIJ d’instituer des mesures d’urgence afin de «protéger les Azerbaïdjanais» le temps que la requête soit étudiée. Plus haute instance judiciaire des Nations unies, la CIJ tranche les différends entre les États. Ses arrêts sont sans appel, mais elle n’a pas de moyen autre que la diplomatie pour les faire appliquer.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan se sont livrés une guerre courte mais sanglante à l'automne 2020, avec plus de 6 500 morts, pour l’enclave du Nagorny Karabakh qui avait déjà fait l’objet d’une guerre meurtrière dans les années 1990. Le conflit de l’automne s’est soldé par la défaite de l’Arménie, contrainte de céder plusieurs régions formant un glacis autour de l’enclave séparatiste. Malgré la signature d’un cessez-le-feu et le déploiement de soldats de maintien de la paix russes, les tensions restent fortes entre les deux ex-républiques soviétiques.

(L'essentiel/AFP)