États-Unis

27 juillet 2021 09:49; Act: 27.07.2021 12:44 Print

L'enquête sur l'attaque du Capitole rouverte

Quatre policiers traumatisés témoigneront mardi, devant des élus du Congrès, à l’ouverture des travaux de cette commission d’enquête, qui divise Washington.

storybild

Les investigations se poursuivent après la violente attaque contre le Capitole par des supporters de l'ancien président américain. (photo: win Mcnamee)

Sur ce sujet
Une faute?

Des policiers traumatisés par l’assaut sur le Capitole témoignent mardi devant des élus du Congrès à l’ouverture des travaux d’une commission d’enquête qui suscite de vives controverses à Washington. Quatre agents se succéderont à partir de 9h30 (15h30, heure de Luxembourg) dans l’imposant bâtiment néoclassique qu’ils ont tenté de défendre le 6 janvier contre des centaines de partisans de Donald Trump venus perturber la certification de la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle.

Membres de la police du Capitole ou de Washington, ils ne feront probablement pas de révélations mais témoigneront de la violence physique et verbale de l’attaque, qui a profondément choqué l’Amérique et le monde. L’un d’eux, Michael Fanone, a subi un arrêt cardiaque et un traumatisme crânien lors de l’assaut, qu’il a décrit depuis comme «le corps-à-corps le plus brutal, le plus sauvage» de sa vie. Un autre, Aquilino Gonell, un ancien militaire, a été roué de coups avec le mât d’un drapeau. Ces témoignages sont d’autant plus «importants que certains essaient aujourd’hui de réviser l’histoire et de présenter le 6 janvier comme une simple visite de touristes», a déclaré lundi sur CNN l’élu démocrate Adam Schiff, qui siège au sein de cette commission d’enquête.

«Responsabilité de Trump»

«Leur audition n’est que le début» d’investigations au long cours, pour lesquelles «nous ne nous interdirons rien», a écrit dans une tribune publiée par le Washington Post son confrère Bennie Thompson, qui dirigera les travaux. «Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour comprendre ce qui s’est passé, pourquoi et comment», a-t-il relevé.

La commission, qui aura le pouvoir de réclamer des documents et de convoquer des témoins, a fait l’objet d’un bras de fer politique qui pèse sur sa crédibilité. En janvier, les responsables des deux partis avaient pourtant tous condamné l’attaque sur le Capitole, le leader républicain à la Chambre Kevin McCarthy allant jusqu’à évoquer la part de «responsabilité» de Donald Trump, qui avait harangué la foule avec ses allégations infondées de «fraudes électorales», quelques instants plus tôt.

(L'essentiel/AFP)