États-Unis

20 octobre 2021 21:29; Act: 21.10.2021 11:03 Print

L’enquête sur le meurtre de Gabby connaît un tournant

Mercredi, des affaires ayant appartenu au petit ami de la jeune Américaine retrouvée sans vie, en août, ont été découvertes en Floride. Son fiancé est toujours activement recherché.

storybild

Le jeune couple effectuait une traversée de l’Ouest américain, lorsque la jeune femme a disparu. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

L’enquête sur le meurtre de la jeune voyageuse Gabby Petito, une affaire qui passionne l’Amérique depuis des semaines, a été relancée mercredi par la découverte, dans une réserve naturelle de Floride, d’objets liés à son fiancé, activement recherché.

Des «objets liés à l’enquête» sur la disparition de Brian Laundrie ont été retrouvés dans la réserve Carlton, près de Sarasota, a annoncé mercredi la police fédérale de Tampa. Une équipe de recherche du FBI «examine la scène», a-t-elle précisé.

Étranglée

Documentant sa traversée de l’Ouest américain sur les réseaux sociaux, Gabby Petito avait disparu en août, alors qu’elle était en voyage avec Brian Laundrie, suscitant une vive émotion et des questionnements sur le rôle joué par ce dernier, qui était rentré seul à leur domicile de Floride.

Le corps de la femme de 22 ans avait finalement été retrouvé près du parc national de Grand Teton. Selon l’autopsie, elle a été étranglée.

«Personne digne d’intérêt»

Qualifié de «personne digne d’intérêt pour l’enquête», Brian Laundrie, 23 ans, avait été inculpé pour utilisation frauduleuse d’une carte bancaire, mais restait introuvable depuis des semaines. Il avait, dans un premier temps, refusé de répondre aux questions de la police.

L’annonce de ces nouveaux éléments dans l’enquête était largement couverte mercredi par les télévisions américaines, qui ont dépêché des hélicoptères pour filmer la zone de recherche. La disparition de Gabby Petito, puis la chasse à l’homme pour retrouver son petit ami, ont fait l’objet d’une abondante couverture médiatique et d’un torrent de publications sur les réseaux sociaux.

(L'essentiel/afp)