Triste spectacle

17 juin 2018 12:15; Act: 18.06.2018 11:13 Print

L'Everest devient une poubelle en haute altitude

Équipement d'escalade jeté, bouteilles d'oxygène vides et même excréments: l'alpiniste de l'Everest qui pensait monter dans une neige immaculée en est pour ses frais.

storybild

La situation s'empire d'année en année. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Jusque sur le toit de la Terre, l'Homme laisse sa trace. «C'est dégoûtant, un spectacle répugnant», décrit Pemba Dorje Sherpa, un guide népalais qui a conquis 18 fois l'Everest. «La montagne a des tonnes de déchets.» Depuis l'émergence des expéditions commerciales dans les années 1990, la fréquentation du sommet de 8 848 mètres d'altitude a explosé. Rien que pour la haute saison de printemps cette année, au moins 600 personnes s'y sont hissées. Mais cette popularité a un coût. Les alpinistes, qui ont cassé leur tirelire pour s'offrir cette course emblématique, sont parfois peu regardants sur leur empreinte écologique.

Et petit à petit, cordée après cordée, les détritus viennent consteller l'Everest. Des efforts ont pourtant été faits. Depuis cinq ans, le Népal requiert une caution de 4 000 dollars par expédition, qui est remboursée si chaque alpiniste redescend au moins huit kilos de déchets. Côté tibétain - l'Everest étant à cheval sur la frontière Chine-Népal - moins fréquenté, les autorités requièrent la même quantité et infligent une amende de 100 dollars par kilogramme manquant. En 2017, les alpinistes sur le versant népalais ont ainsi rapporté près de 25 tonnes de déchets solides et 15 tonnes de déchets humains, selon le Sagarmatha Pollution Control Committee (SPCC).

De 20 000 à 70 000 dollars

Cette saison, des quantités encore plus grandes ont été redescendues mais ne représentent toujours qu'une fraction de la pollution produite. Seule la moitié des alpinistes redescend les montants requis, d'après le SPCC. La perte de la caution ne représente en effet qu'une goutte d'eau dans l'océan des dizaines de milliers de dollars déboursés par chacun d'entre eux pour une expédition sur l'Everest. Pour Pemba Dorje Sherpa, le principal problème est l'insouciance de visiteurs. D'autant plus que des responsables officiels peuvent fermer les yeux contre un petit pot-de-vin, affirme-t-il.

«Il n'y a juste pas assez de surveillance dans les camps hauts (NDLR: bivouacs situés à divers niveaux de la montagne au-dessus du camp de base) pour s'assurer que la montagne reste propre», déplore-t-il. La guerre des prix entre les différents opérateurs fait que l'Everest devient abordable pour de plus en plus d'alpinistes inexpérimentés. Les expéditions les moins chères proposent des forfaits à partir de «seulement» 20 000 dollars, quand les plus réputées peuvent facturer autour de 70 000 dollars.

Or, cet afflux de personnes moins rompues à la haute montagne aggrave le problème de l'empreinte écologique, estime Damian Benegas, un vétéran de l'Everest. Si les grimpeurs portaient autrefois eux-mêmes le gros de leur équipement, nombre de néophytes ne sont désormais pas en mesure de le faire. Une tâche qui retombe du coup sur les porteurs de haute altitude. Les sherpas «doivent porter l'équipement du client, donc ils ne sont pas en mesure de descendre des poubelles», indique Damian Benegas, qui appelle les agences à embaucher davantage de travailleurs de haute montagne.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Petitschoux le 17.06.2018 12:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’homme est la pire espèce sur terre. Il ne respect rien, il maltraite les animaux et ruine la planète pour son propre confort. Tout se paie un jour et la facture sera douloureuse pour notre espèce.

  • Knopchen le 17.06.2018 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une caution de 80.000 usd limiterait le nombre de grimpeurs et une pénalité de 10.000 usd par kilo pousseraient les pollueurs à plus d’attention. Avec le montant des amendes, le gouvernement népalais pourrait financer des expéditions de sherpas nettoyeurs. Et ça créerait de l’emploi.

  • Jean II le 17.06.2018 12:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est honteux de voir cela , pour des personnes qui soit disant aiment la nature ...

Les derniers commentaires

  • Eric le 19.06.2018 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    Interdire son escalade tout bonnement, tant que tout n'a pas été nettoyer ou faire payer l'escalade...

    • Luxo le 19.06.2018 18:08 Report dénoncer ce commentaire

      On paye trés cher pour arriver au sommet et impossible de tenter l'escalade sans passer à la caisse. Pour les amateurs tous les sommets des Alpes sont gratuits.

  • JC le 19.06.2018 06:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'Everest ne devient pas une poubelle, L'Everest EST une poubelle !!

  • La blague le 19.06.2018 03:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    AUCUN RAPPORT????? Effectivement le réchauffement climatique aucun rapport! Depuis la nuit des temps certes, mais depuis quelques années c’est de pire en pire

  • La blague le 19.06.2018 02:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous voulez une médaille???

  • nettoyage le 18.06.2018 20:48 Report dénoncer ce commentaire

    l 'homme le plus grand destructeur de la nature