Aux États-Unis

28 septembre 2020 08:54; Act: 28.09.2020 11:10 Print

L'ex-​​directeur de campagne de Trump hospitalisé

Brad Parscale a été conduit à l'hôpital dimanche, après que son épouse a averti la police qu'il menaçait de se suicider, ont rapporté les médias américains.

storybild

Brad Parscale avait été démis de ses fonctions après un meeting de campagne de Donald Trump à Tulsa, dans l'Oklahoma. (photo: AFP/Samuel Corum)

Sur ce sujet
Une faute?

Parscale, un personnage imposant connu pour son franc-parler, a été remplacé en juillet, quatre mois avant l'élection présidentielle, alors que Donald Trump était en baisse dans les sondages. Les policiers ont été appelés depuis un domicile où «un homme armé tentait de se suicider», a déclaré sur CNN une policière de Fort Lauderdale en Floride, DeAnna Greenlaw.

L'homme a été par la suite identifié comme étant Brad Parscale par les policiers, qui ont précisé que c'était son épouse qui avait passé l'appel. Cette dernière a déclaré que son mari était «armé, qu'il avait accès à plusieurs armes à feu dans leur résidence, et qu'il menaçait de se faire du mal», a ajouté Mme Greenlaw. L'ancien directeur de campagne s'est rapidement rendu aux policiers de Floride, où une loi permet la détention temporaire des personnes atteintes de maladie mentale.

«Des attaques personnelles dégoûtantes»

M. Parscale avait été démis de ses fonctions après un meeting de campagne de Donald Trump à Tulsa, dans l'Oklahoma qui avait été largement critiqué, tant pour la faible participation que pour le discours décousu du président. Il est cependant demeuré un membre important de l'équipe de campagne.

«Brad Parscale est un membre de notre famille et nous l'aimons tous. Nous sommes prêts à le soutenir ainsi que sa famille par tous les moyens», a déclaré le directeur de communication de la campagne de Trump, Tim Murtaugh, au journal South Florida Sun Sentinel.

«Les attaques personnelles dégoûtantes des Démocrates et des "RINOs" («Républicains de nom seulement») mécontents sont allées très loin, et ils devraient avoir honte de ce qu'ils ont fait à cet homme et sa famille», a-t-il ajouté.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.