Aux États-Unis

19 décembre 2018 21:26; Act: 19.12.2018 21:30 Print

L'ex-​​maîtresse de Chris Watts doit vivre cachée

Insultée et menacée, la femme qui a vécu une liaison avec le père de famille meurtrier va commencer une nouvelle vie à des milliers de kilomètres de chez elle.

storybild

Nichol Kessinger a vécu une liaison d'environ 3 mois avec Chris Watts.

Sur ce sujet
Une faute?

Nichol Kessinger paie cher sa liaison avec Chris Watts, ce père de famille modèle qui a tué sa femme enceinte et leurs deux petites filles en août dernier. Dès l'arrestation de celui qu'elle prenait pour un honnête homme en instance de divorce, la jeune femme avait compris que sa vie ne serait plus jamais la même. Des recherches menées dans son matériel informatique avaient d'ailleurs révélé que Nichol s'était intéressée à l'histoire d'Amber Frey, l'ex-maîtresse de Scott Peterson, un Américain qui avait assassiné sa femme enceinte en 2002.

Face aux autorités, Nichol avait confié qu'il serait difficile pour elle de sortir en public ces prochaines années. Elle craignait les insultes, les menaces et autres calomnies dues à sa liaison avec Chris Watts. Quelques semaines après la condamnation du trentenaire à trois peines de prison à perpétuité successives, la jeune femme a pris ses jambes à son cou. Selon le «Daily Mail», l'Américaine a changé de travail et quitté le Colorado pour s'établir à des milliers de kilomètres de là. Elle bénéficiera par ailleurs du programme de protection des témoins et se verra ainsi attribuer une nouvelle identité.

Après l'arrestation de Chris Watts, Nichol Kessinger s'était elle-même présentée aux enquêteurs. Elle leur avait expliqué que sa liaison avec le père de famille avait débuté à la fin du mois de mai et qu'il lui avait assuré que son mariage était fini. «Je ne sais même pas s'ils étaient en instance de divorce. Je ne sais même pas s'ils allaient vendre la maison. Je ne sais même pas. Je ne sais même plus ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas», avait-elle lancé entre ses sanglots. La jeune femme se disait très inquiète pour sa propre sécurité: «Mon nom va être traîné dans la boue (...) Je ne sais pas combien de temps cela va prendre pour s'apaiser», avait-elle confié.

Conversation téléphonique entre Nichol Kessinger et un enquêteur

(L'essentiel/joc)