Au Brésil

08 juillet 2018 20:16; Act: 09.07.2018 12:34 Print

L'ex-​​président Lula restera bien en prison

Un juge de cour d'appel du Brésil a annulé dimanche un ordre de libération de l'ex-président, pris quelques heures plus tôt par un autre magistrat de la même cour.

storybild

Lula a été condamné à douze ans et un mois de prison pour corruption et incarcéré depuis début avril. (photo: AFP)

Sur ce sujet

La police fédérale doit s'abstenir «de pratiquer un quelconque acte qui modifie la décision collégiale» de condamner Lula à 12 ans et un mois de prison pour corruption, a affirmé le juge Joao Pedro Gebran Neto, décidant que l'ex-président (2003-2010) devrait rester dans sa prison de Curitiba (sud). Il annule ainsi la décision du juge Rogerio Favreto, qui se trouvait de permanence ce week-end au TRF4 et avait décidé d'accepter une demande d'Habeas Corpus présentée vendredi par plusieurs députés du Parti des Travailleurs (PT), fondé par Lula en 1980.

L'ordre de libération avait eu l'effet d'une bombe au Brésil. Le juge anticorruption Sergio Moro, qui a condamné Lula en première instance en juillet 2017, avait affirmé dans un document officiel dans la foulée que le juge Favreto n'avait pas la compétence pour prendre cette décision. Le Parquet Fédéral avait également déposé une requête pour que le TRF4 fasse machine arrière, ce qui a été fait par le biais de l'annulation du juge Gebran Neto. Celui-ci est le rapporteur en deuxième instance de l'opération «Lavage-Express», qui coordonne la plus grande enquête anticorruption de l'histoire du Brésil.

Le TRF4 est la cour d'appel qui a confirmé en janvier la condamnation de l'ex-président à une peine de prison, l'alourdissant même à 12 ans et un mois de prison, contre neuf ans et six mois en première instance. Accusé d'avoir reçu un appartement en bord de mer pour favoriser une entreprise de bâtiment pour l'obtention de marchés publics, Lula nie farouchement et se dit victime d'un complot pour l'empêcher de se présenter à l'élection présidentielle d'octobre, pour laquelle il est en tête des intentions de vote.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Yann L le 09.07.2018 07:52 Report dénoncer ce commentaire

    Sa place est en prison.

  • N'imp' le 09.07.2018 00:43 Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi s'il faisait comme en Russie ou en Turquie il pourrait faire ce qu'il veut, on vire les juges et hop, plus de problèmes

  • Roublard le 08.07.2018 23:00 Report dénoncer ce commentaire

    Le président n'est pas au-dessus des lois pourtant si c'était en France, ce serait l'émeute dans la rue mais au Brésil, c'est une cabale contre le Président, il faut faire un peu confiance à sa justice enfin si elle est indépendante ce qui, au Brésil, n'est pas évident non plus

Les derniers commentaires

  • Yann L le 09.07.2018 07:52 Report dénoncer ce commentaire

    Sa place est en prison.

  • Tanguy Ducrémlin le 09.07.2018 00:52 Report dénoncer ce commentaire

    C'est scandaleux de mettre en prison un homme qui a tant fait pour son pays.

    • @Tanguy Ducrémlin le 09.07.2018 09:08 Report dénoncer ce commentaire

      ben non s'il est reconnu coupable pour corruption alors c'est justifié.Je me demande juste pourquoi d'autres politiciens reconnus aussi coupables pour corruption sont encore en liberté...

  • N'imp' le 09.07.2018 00:43 Report dénoncer ce commentaire

    N'importe quoi s'il faisait comme en Russie ou en Turquie il pourrait faire ce qu'il veut, on vire les juges et hop, plus de problèmes

    • @N'imp' le 09.07.2018 09:09 Report dénoncer ce commentaire

      ben non c'est un bon signe que la séparation des pouvoirs fonctionne bien au Brésil!

  • Roublard le 08.07.2018 23:00 Report dénoncer ce commentaire

    Le président n'est pas au-dessus des lois pourtant si c'était en France, ce serait l'émeute dans la rue mais au Brésil, c'est une cabale contre le Président, il faut faire un peu confiance à sa justice enfin si elle est indépendante ce qui, au Brésil, n'est pas évident non plus

    • @Roublard le 09.07.2018 09:10 Report dénoncer ce commentaire

      et pourquoi? Vos preuves?

  • 20-100 le 08.07.2018 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    Qui croit à la culpabilité de Lula? Un juge qui en contredit un autre à quelques heures de distance, c'est clair comme de l'eau de roche. Les sales guerres américaines des années 70 ont fait place à des coups d'état par voie juridique. Le président illégitime qui a pris la place de Rousseff ne représente qu'une oligarchie qui bâfre honteusement et sert les intérêts des USA . Ces derniers jours Boeing a raflé Embraer pendant que le pouvoir politique aux ordres assistait sans mot dire.