Au Brésil

07 avril 2018 18:02; Act: 07.04.2018 22:53 Print

L'ex-​​président Lula va se livrer à la justice

L'ex-président brésilien Lula a annoncé samedi devant des milliers de sympathisants qu'il allait purger sa peine de plus de 12 ans de prison pour corruption.

storybild

L'ex-président Lula continue de clamer son innocence. (photo: AFP/Carlos Reyes)

Sur ce sujet
Une faute?

Le favori de la présidentielle d'octobre n'avait plus guère de choix, deux jours après l'émission d'un mandat de dépôt par le juge anticorruption Sergio Moro, suite à sa condamnation en appel à 12 ans et un mois de prison pour corruption et blanchiment d'argent. «Je vais me conformer au mandat de dépôt», a dit la figure emblématique de la gauche latino-américaine de 72 ans, mais «je suis un citoyen outré parce que je ne pardonne pas que l'idée ait été donnée à la société que je suis un voleur».

«Je veux les regarder dans les yeux», a-t-il ajouté au sujet de ses accusateurs, promettant de prouver un jour son innocence. «Moro a menti», a ajouté l'ex-chef d'État au sujet de son ennemi intime, le juge à la barre de l'enquête tentaculaire «Lavage express» autour du groupe public Petrobras. Sergio Moro a déjà fait tomber de hauts responsables mais Lula est sa plus grosse prise.

Une arrestation négociée

Lula s'exprimait devant des milliers de sympathisants de gauche très émus lui criant «ne te livre pas», en marge d'une messe à la mémoire de son épouse, devant le siège du syndicat des métallurgistes de Sao Bernardo do Campo, où il était retranché depuis deux jours, défiant les autorités et son ordre d'arrestation. Hissé sur la plateforme d'un camion, le poing levé, toujours pugnace, Lula s'est montré aussi très ému à la mention du nom de sa femme. Une foule de sympathisants de gauche criait également: «Lula je t'aime», en formant un cœur avec leurs mains. Beaucoup pleuraient.

Luiz Inacio Lula da Silva et ses avocats avaient négocié vendredi avec les autorités les conditions de l'arrestation de l'ancien ouvrier métallurgiste ayant accédé au sommet de l'État. Il ne s'était pas rendu à la police fédérale de Curitiba (sud), comme le lui avait demandé la justice. Après son arrestation, Lula devait être conduit à 400 km de Sao Bernardo do Campo, situé dans la ceinture industrielle de Sao Paulo, à Curitiba, ville du sud où est basé le juge Moro, pour y être incarcéré.

(L'essentiel/afp)