À New York

28 janvier 2020 22:40; Act: 29.01.2020 15:09 Print

«L'homme le plus détesté des USA» devant les juges

Actuellement emprisonné, l'ancien patron Martin Shkreli avait augmenté de 4 000% le prix d'un médicament.

storybild

Martin Shkreli avait été condamné à 7 ans de prison dans une autre affaire. (photo: Craig Ruttle)

Sur ce sujet
Une faute?

Martin Shkreli a reçu le surnom d'«homme le plus détesté d'Amérique» en 2015, quand il a fait passer le prix d'une tablette du médicament Daraprim de 17,5 dollars à... 750 dollars. Soit une augmentation de plus de 4 000% en un jour.

Il doit faire face à un procès pour avoir mis sur pied un schéma protégeant le monopole de la pharma Vyera, qu'il dirigeait alors, empêchant la vente de génériques beaucoup moins chers.

«Nous avons lancé cette action en justice pour stopper la conduite scandaleuse de Vyera, faire payer la société pour sa machination illégale et s'assurer que Martin Shkreli soit banni à vie de l'industrie pharmaceutique», a déclaré lundi, la procureure générale de New York.

Âgé de 36 ans, Martin Shkreli est actuellement incarcéré dans le cadre d'une autre affaire pour laquelle il a écopé de 7 ans de prison.

(L'essentiel/reg)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • A méditer le 29.01.2020 04:13 Report dénoncer ce commentaire

    Combien de ces fraudeurs sont encore en liberté dans le domaine médical, mais aussi financier ? Certes, je me réjouis de cette arrestation.

  • Vert de vert le 29.01.2020 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui me dérange le plus dans cette affaire, c'est qu'il s'est conduit en très très bon homme d'affaires. Et c'est clair que c'est immoral. D'où quid du système actuel ?

  • informer le 29.01.2020 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si une infirmière très bien payé demande à une ouvrière de soin mal payé de distribuer des médicaments à sa place et prendre les risque de faire des erreurs à sa place , est ce légal ? On donne des gros salaires à ceux qui prennent des risques normalement ? Lire une ordonnance du médecin Décapsuler un médicament et mettre dans une boîte est une chose , l administrer à des clients est autre chose

Les derniers commentaires

  • Vert de vert le 29.01.2020 09:15 Report dénoncer ce commentaire

    Ce qui me dérange le plus dans cette affaire, c'est qu'il s'est conduit en très très bon homme d'affaires. Et c'est clair que c'est immoral. D'où quid du système actuel ?

    • Karl le 29.01.2020 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      Ah bon,? Faire une augmentation de 4000%, c'est une bonne affaire selon-toi ??

  • informer le 29.01.2020 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si une infirmière très bien payé demande à une ouvrière de soin mal payé de distribuer des médicaments à sa place et prendre les risque de faire des erreurs à sa place , est ce légal ? On donne des gros salaires à ceux qui prennent des risques normalement ? Lire une ordonnance du médecin Décapsuler un médicament et mettre dans une boîte est une chose , l administrer à des clients est autre chose

  • A méditer le 29.01.2020 04:13 Report dénoncer ce commentaire

    Combien de ces fraudeurs sont encore en liberté dans le domaine médical, mais aussi financier ? Certes, je me réjouis de cette arrestation.