Au Kenya

24 mai 2019 17:36; Act: 24.05.2019 17:46 Print

L'homosexualité reste un crime au Kenya

La plainte présentée par des associations de défense des droits des homosexuels a été «rejetée» par la Haute Cour du Kenya.

storybild

La Haute Cour du Kenya n'abrogera pas les lois datant de l'époque coloniale. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La Haute Cour du Kenya a refusé vendredi d'abroger des lois datant de l'époque coloniale qui criminalisent l'homosexualité, estimant qu'une telle décision ouvrirait la voie à des unions entre personnes du même sexe.

«Nous estimons que les sections contestées (du code pénal) ne sont pas inconstitutionnelles», a déclaré la juge Roselyne Aburili, précisant que la plainte présentée par des associations de défense des droits des homosexuels était «rejetée».

Emprisonné

Les plaignants demandaient à la cour d'invalider deux sections du code pénal, datant de la colonisation britannique, qui criminalisent l'homosexualité. L'une prévoit que quiconque a une «connaissance charnelle... contre l'ordre naturel» peut être emprisonné pour 14 ans, tandis qu'une autre prévoit cinq ans de prison pour les «pratiques indécentes entre hommes».

Ils estimaient que ces lois violent leur droit à la dignité et entretiennent la haine des homosexuels. La juge Aburili, à la tête d'un panel de trois juges, a considéré que même si les plaignants ne réclamaient pas le droit de se marier avec une personne du même sexe, l'abrogation des sections contestées du code pénal entraînerait inévitablement la cohabitation de couples homosexuels selon des arrangements «similaires au mariage» et «ouvrirait indirectement la porte à des unions entre personnes du même sexe».

Question évoquée

Elle a estimé que la question de l'homosexualité avait été évoquée au moment de la rédaction de la Constitution, approuvée par référendum en 2010, et que les Kényans n'avaient alors «pas jugé judicieux d'accorder le mariage entre personnes du même sexe».

La juge a aussi noté que l'article 45 de la Constitution portant sur la définition de la famille spécifie notamment que «chaque adulte a le droit de se marier avec une personne du sexe opposé».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sandra le 24.05.2019 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    évolué nom de Dieu! ça existe depuis toujours....

  • JDCJDR le 25.05.2019 09:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut aider les kenyans homosexuels à obtenir rapidement l’asile politique en Europe pour qu’ils puissent vivre librement.

Les derniers commentaires

  • JDCJDR le 25.05.2019 09:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut aider les kenyans homosexuels à obtenir rapidement l’asile politique en Europe pour qu’ils puissent vivre librement.

  • sandra le 24.05.2019 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    évolué nom de Dieu! ça existe depuis toujours....

    • duvaro le 24.05.2019 23:03 Report dénoncer ce commentaire

      Allons donc! N'exagérons pas quand même! Ils peuvent faire dans leur pays ce qu'ils veulent. D'ailleurs le temps où nous avons dicté a ces peuples ce qui est bien et ce qui est mal est révolu!

    • Vindulux le 25.05.2019 08:01 Report dénoncer ce commentaire

      «Nous estimons que les sections contestées (du code pénal) ne sont pas inconstitutionnelles» Jugement de la Haute Cour du Kenya. Donc nous n'avons pas à critiquer ce qui se passe dans d'autres pays, surtout que nous n'avons rien à faire avec eux