Bataille politique

09 janvier 2019 16:34; Act: 10.01.2019 15:09 Print

L'impasse budgétaire persiste aux États-​​Unis

Rien ne semble avancer dans la bataille qui oppose Donald Trump aux démocrates, deux semaines après le début du «shutdown». Le président reste dans l'impasse.

storybild

Donald Trump a délivré un message solennel mardi. (photo: AFP/Carlos Barria)

Sur ce sujet
Une faute?

Avec les États-Unis englués dans un blocage budgétaire dommageable pour son mandat, Donald Trump apparaissait, mercredi, disposer d'options limitées pour renverser la vapeur et arracher le financement de son mur frontalier antimigrants. Au lendemain d'un discours solennel depuis le Bureau ovale, tentant de rallier coûte que coûte les Américains à son projet phare, le locataire de la Maison-Blanche ne semblait guère plus avancé. M. Trump n'a proposé aucune nouvelle porte de sortie à l'impasse, concentrant ses arguments contre les immigrants clandestins.

Insistant sur une «crise du cœur et une crise de l'âme» provoquée selon lui par l'afflux de clandestins, le président n'a offert qu'une solution: construire un mur à la frontière mexicaine, fait de barres verticales en acier et non en béton dans l'espoir de rendre l'idée plus acceptable pour les démocrates. Ces derniers ont réagi dans la foulée. «Le président Trump doit cesser de prendre les Américains en otages, doit cesser de créer de toutes pièces une crise» migratoire et humanitaire à la frontière, a lancé Nancy Pelosi, leader à la Chambre des représentants.

Une nouvelle rencontre entre Donald Trump et les ténors démocrates du Congrès a tourné court mercredi lorsque le président américain a abruptement mis fin aux discussions, selon ses opposants politiques. «Le président s'est levé et est parti», a relaté Chuck Schumer, leader des démocrates au Sénat, juste après la rencontre.

«Je viens de quitter une rencontre avec Chuck (Schumer) et Nancy (Pelosi), totale perte de temps», a de son côté tweeté le président américain au même moment.

À la recherche de 5,7 milliards

Les négociations budgétaires sont au point mort: depuis deux semaines et demie, quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux sont contraints soit à rester chez eux, soit à devoir attendre la fin du blocage pour être payés. Le bras de fer était voué à se durcir mercredi et jeudi: les démocrates Nancy Pelosi et Chuck Schumer, entourés de fonctionnaires touchés par le «shutdown», ont convoqué la presse sur la colline du Capitole. Donald Trump s'y rendra aussi, pour un déjeuner de travail avec des élus républicains. Il recevra aussi des élus des deux bords à la Maison-Blanche.

Le président poursuivra jeudi son offensive aux résultats incertains en se rendant à la frontière, «pour rencontrer ceux qui sont en première ligne». Il devrait encore une fois y marteler son message sécuritaire, en renonçant toutefois à déclarer une «urgence nationale» pour activer des pouvoirs extraordinaires, une procédure qui plongerait le pays dans une bataille politico-judiciaire. Ayant échoué à convaincre Mexico de payer, M. Trump cherche 5,7 milliards de dollars. Promesse emblématique de sa campagne, ce mur est à ce jour resté lettre morte, les démocrates refusant de débloquer des fonds.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • phill le 09.01.2019 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c est pasTrump qui disais que le mexique aller payer? donc.....

  • has6 le 09.01.2019 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A mediter

  • Oui mais le 09.01.2019 17:00 Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais si le Mexique acceptait de payer 5,7 milliards pour construire le mur comme Trump, on en serait pas là d'ailleurs pourquoi devait-il attendre 2 ans de perdre aussi le Congrès pour construire son mur? On ne comprend pas.

Les derniers commentaires

  • BigBang le 09.01.2019 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo Trump! !

  • phill le 09.01.2019 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c est pasTrump qui disais que le mexique aller payer? donc.....

  • has6 le 09.01.2019 17:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A mediter

  • Oui mais le 09.01.2019 17:00 Report dénoncer ce commentaire

    Oui mais si le Mexique acceptait de payer 5,7 milliards pour construire le mur comme Trump, on en serait pas là d'ailleurs pourquoi devait-il attendre 2 ans de perdre aussi le Congrès pour construire son mur? On ne comprend pas.

    • Le Belge le 09.01.2019 17:46 Report dénoncer ce commentaire

      Suis pas certain de comprendre non plus votre commentaire...désolé.

    • Désolé le 09.01.2019 17:58 Report dénoncer ce commentaire

      Désolé moi non plus je ne comprends pas pourquoi ils n'obligent pas le Mexique à payer finalement.

    • Lestrollsrusses le 09.01.2019 18:06 Report dénoncer ce commentaire

      Honnêtement le Mexique ne voudra jamais payer 5,7 milliards alors les citoyens américains vont tous passer à la caisse, c'est comme ça.

    • Asia le 09.01.2019 18:20 Report dénoncer ce commentaire

      L'économie mexicaine ne permet pas une telle somme. C'est un pays pauvre, c'est pour cette raison que beaucoup de Mexicains essayent d'entrer aux USA pour se refaire une vie meilleure et tenter leur chance, et cela sans autorisation ni papiers officiels. Ils fuient la misère et souvent la violence.

    • Le Menteur le 09.01.2019 18:22 Report dénoncer ce commentaire

      Peut-être Trump n'a pas dit toute la vérité.