Violences ethniques

27 février 2020 19:23; Act: 28.02.2020 11:44 Print

L'inde ébranlée par les tensions communautaires

Depuis plusieurs jours, les tensions sont très vives à New Delhi, entre les hindous et les musulmans. Les affrontements ont fait plusieurs dizaines de morts.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'Inde était secouée jeudi par les violences intercommunautaires qui ont fait 38 morts à New Delhi. Des émeutiers armés de pierres, de sabres et parfois de pistolets ont semé le chaos et la terreur, depuis dimanche, dans des faubourgs populaires du nord-est de la capitale, éloignés d'une dizaine de kilomètres du centre. Des heurts autour d'une loi controversée sur la citoyenneté ont dégénéré en affrontements communautaires entre hindous et musulmans.

Quelques incidents isolés se sont produits dans la nuit de mercredi à jeudi, dans la mégapole, mais aucune nouvelle flambée majeure n'est survenue. Les autorités ont déployé en nombre mercredi des policiers et paramilitaires en tenues antiémeute. Sunil Kumar, directeur du principal hôpital de la zone, a indiqué avoir recensé 34 morts, tous tués par balles, dans son établissement. Un autre hôpital a, lui, fait état de trois décès. Un troisième établissement hospitalier a fait état d'un mort. Plus de 200 personnes ont aussi été blessées, beaucoup par balles. La police a interpellé 500 personnes.

La communauté internationale silencieuse

Cette flambée de violences intercommunautaires est la pire à frapper la capitale depuis les massacres de Sikhs en 1984 en représailles à l'assassinat d'Indira Gandhi. Selon une liste de personnes décédées dans le principal hôpital, les victimes semblaient à peu près autant hindoues que musulmanes, à en juger d'après leur nom. Des groupes armés hindous s'en sont pris à des lieux et à des personnes identifiés comme musulmans. Plusieurs mosquées ont été brûlées dans la zone. Un drapeau hindou a été hissé sur le minaret d'une mosquée mise à sac.

Sur place jeudi, la tension restait prégnante et la méfiance régnait. Dans le quartier d'Ashok Nagar, principalement composé d'hindous, les émeutiers ont incendié les maisons des familles musulmanes. Les capitales mondiales sont restées globalement silencieuses sur ces violences, à l'exception d'Ankara. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé jeudi «les massacres» commis selon lui par les hindous contre les musulmans. En visite d'État en Inde au moment de l'embrasement, Donald Trump a esquivé en conférence de presse une question sur le sujet, disant ne pas avoir discuté de ces émeutes avec le Premier ministre Narendra Modi.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 28.02.2020 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    Notre pays , n'est pas à l'abri de tensions communautaires, entre les riches luxembourgeois et les pauvres étrangers. Ou entre la minorité qui rêve d' imposer la langue locale luxembourgeoise à ceux qui jugent plus utile de s'exprimer avec la langue officielle qui a un statut international .

  • Drole de Pays le 27.02.2020 23:39 Report dénoncer ce commentaire

    La situation de la minorité musulmane est très compliquée en Chine aussi, il y a des centres de reconversion au communisme..

Les derniers commentaires

  • Luxo le 28.02.2020 10:42 Report dénoncer ce commentaire

    Notre pays , n'est pas à l'abri de tensions communautaires, entre les riches luxembourgeois et les pauvres étrangers. Ou entre la minorité qui rêve d' imposer la langue locale luxembourgeoise à ceux qui jugent plus utile de s'exprimer avec la langue officielle qui a un statut international .

  • Drole de Pays le 27.02.2020 23:39 Report dénoncer ce commentaire

    La situation de la minorité musulmane est très compliquée en Chine aussi, il y a des centres de reconversion au communisme..