Mission spatiale

22 juillet 2019 08:35; Act: 22.07.2019 10:53 Print

L'Inde retente d'envoyer sa sonde sur la Lune

Le compte à rebours était à nouveau enclenché, lundi, pour le tir de la mission lunaire indienne Chandrayaan-2, reporté à la dernière minute, il y a une semaine.

storybild

L'expédition a pour but de poser le 6 septembre prochain un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud du satellite naturel, ainsi que de placer une sonde en orbite lunaire. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La mission, destinée à faire de l'Inde la quatrième nation à réussir à poser un appareil sur la Lune, doit décoller lundi à 14h43 locales (9h13 GMT) du pas de tir de Sriharikota, dans le sud-est du pays. L'expédition a pour but de poser le 6 septembre prochain un atterrisseur et un robot mobile près du pôle sud du satellite naturel, ainsi que de placer une sonde en orbite lunaire. Une pluie légère tombait lundi sur le centre spatial de Sriharikota où le président indien Ram Nath Kovind doit assister au lancement, en compagnie de 7 000 dignitaires et écoliers agitant des drapeaux indiens.

Les scientifiques de l'ISRO ont dit les prières rituelles dans un temple près de la base avant le tir. Chandrayaan-2 («Chariot lunaire» en hindi) devait initialement être lancée le 15 juillet mais les responsables ont arrêté le compte à rebours 56 minutes et 24 secondes avant le décollage, pour un «problème technique» que l'agence spatiale indienne ISRO n'a pas détaillé officiellement. Selon la presse locale, il s'agissait d'une fuite dans une bouteille d'hélium du moteur cryogénique de l'étage supérieur de la fusée indienne GSLV-MkIII, le plus puissant lanceur indien.

New Delhi a consacré 140 millions de dollars (124 millions d'euros) à Chandrayaan-2 - un montant bien inférieur à ceux des autres grandes agences spatiales pour des missions de ce type -, pour un poids total de 3,8 tonnes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.