Manifestations

05 novembre 2019 08:37; Act: 05.11.2019 10:31 Print

L'Irak coupé du monde pendant la nuit

Les autorités irakiennes ont de nouveau totalement coupé Internet à Bagdad, gagné par la contestation dans la nuit de lundi à mardi, après une journée d'affrontements.

storybild

Internet a été coupée après des affrontements dans la capitale, notamment aux abords de bâtiments officiels. (photo: AFP/Ahmad Al-rubaye)

Sur ce sujet
Une faute?

Selon l'ONG spécialisée dans la cybersécurité NetBlocks, «cette nouvelle coupure est la pire restriction sur les télécommunications imposée par le gouvernement irakien depuis le début des manifestations», le 1er octobre.

Alors que le mouvement de contestation, qui réclame «la chute du régime», semblait prendre des airs de désobéissance civile pacifique, la journée de lundi a été marquée par des violences.

Elle a débuté dans le sang dans la ville sainte chiite de Kerbala, à 100 kilomètres au sud de Bagdad. Quatre manifestants y ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi, alors qu'ils tentaient d'incendier le consulat d'Iran, pays qui tire les ficelles du «régime» selon les protestataires.

Elle s'est poursuivie avec des affrontements dans le centre de Bagdad entre manifestants et forces de l'ordre tirant à balles réelles pour la première fois depuis le 24 octobre. Les heurts se sont poursuivis jusque tard, dans la nuit de lundi à mardi.

270 personnes tuées

Des heurts ont notamment eu lieu sur des ponts menant vers l'ambassade d'Iran, le siège du gouvernement et les ministères des Affaires étrangères et de la Justice, avec des manifestants jetant des pierres aux forces de l'ordre qui tiraient des grenades lacrymogènes.

Depuis qu'elle a débuté le 1er octobre, la mobilisation a été marquée par la mort d'environ 270 personnes, principalement des manifestants (selon un bilan compilé par l'AFP, les autorités ayant cessé de communiquer sur les victimes).

Du 1er au 6 octobre, 157 sont mortes officiellement, quasiment toutes des manifestants abattus par des snipers que l'État assure ne toujours pas pouvoir identifier.

Dès le 3 octobre, Bagdad avait coupé la connexion Internet et ne l'avait rétablie que deux semaines plus tard. Le blocus sur les réseaux sociaux, imposé dès le 2 octobre, est toutefois toujours en place mais allègrement contourné grâce à des applications VPN.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Zebra3 le 05.11.2019 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Partout ça dégénère la fin est proche !!!

Les derniers commentaires

  • Zebra3 le 05.11.2019 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Partout ça dégénère la fin est proche !!!

    • Le Belge le 05.11.2019 13:10 Report dénoncer ce commentaire

      Moi je dirais: la fin est là.