Venezuela

12 septembre 2018 10:23; Act: 12.09.2018 10:32 Print

L'opposition écartée des élections locales

Les principaux partis d'opposition au Venezuela ne pourront pas participer aux élections municipales du 9 décembre.

storybild

Quatre partis d'opposition du Venezuela sont privés d'élections communales. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Les quatre principaux partis d'opposition vénézuéliens ne seront pas autorisés à participer aux élections municipales du 9 décembre, a indiqué le régime chaviste, dans un document officiel publié mardi. La liste des 21 «organisations politiques nationales en vigueur» pour les prochaines élections, publiée mardi par le Conseil national électoral (CNE), ne comprend pas les partis Primero Justicia (La justice d'abord), Voluntad Popular (Volonté populaire), Accion Democratica (Action démocratique) et Un Nuevo Tiempo (Une nouvelle ère). Ces partis d'opposition avaient boycotté l'élection présidentielle du 20 mai remportée par le président sortant, Nicolas Maduro.

Le CNE exigeait qu'ils fassent revalider leurs listes de candidats, en collectant à nouveau des signatures. Mais Primero Justicia, de l'ancien candidat à la présidentielle Henrique Capriles, Voluntad Popular, de l'opposant actuellement assigné à résidence Leopoldo Lopez, et Un Nuevo Tiempo ont refusé, considérant cette demande illégale.

Le parti chaviste autorisé

Le parti Accion démocratica, dirigé par l'ancien président du Parlement, Henry Ramos Allup, a également renoncé. Piliers de la Table de l'unité démocratique (MUD), principale coalition d'opposition composée d'une vingtaine de partis, ces partis avaient dénoncé dans le scrutin présidentiel un «simulacre frauduleux et illégitime d'élection». Cette élection avait été avancée par l'Assemblée constituante alors qu'elle devait à l'origine avoir lieu en décembre.

Parmi les partis habilités à participer aux municipales figurent la formation chaviste au pouvoir, le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), ainsi que le parti Avancée Progressiste (Avanzada Progresista) de l'opposant Henri Falcon. Ce militaire à la retraite de 56 ans et dissident du chavisme avait défié M. Maduro lors de la présidentielle, sans succès. Le résultat de la présidentielle a été rejeté par une grande partie de la communauté internationale.

(L'essentiel/afp)