Israël/Palestine

22 janvier 2018 16:33; Act: 22.01.2018 17:01 Print

L'UE appelée à reconnaître l'État de Palestine

Le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé lundi à Bruxelles les 28 Etats membres de l'Union européenne à reconnaître «rapidement» la Palestine comme un Etat indépendant.

storybild

Mahmoud Abbas est venu ce lundi chercher le soutien des Européens après la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d'Israël. (photo: AFP/Emmanuel Dunand)

Sur ce sujet
Une faute?

En froid avec l'administration Trump, le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé lundi à Bruxelles les 28 Etats membres de l'UE à reconnaître «rapidement» la Palestine comme un Etat indépendant. «Nous considérons vraiment l'Union européenne comme une véritable partenaire et amie et pour cette raison, nous appelons ses Etats membres à reconnaître rapidement l'Etat de Palestine», a plaidé M. Abbas, venu chercher le soutien des Européens après la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Interviewé par nos confrères du Süddeutsche Zeitung le 16 janvier dernier, Jean Asselborn, ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, avait estimé que « nous, Européens, devons montrer que les Palestiniens ont le droit d'avoir leur propre Etat. Si la France reconnaissait la Palestine, d'autres Etats la suivraient, y compris le Luxembourg».

«Engagement ferme» de l'UE pour la solution à deux États

Mahmoud Abbas a été reçu ce lundi par la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, et les 28 ministres des Affaires étrangères, en marge de leur réunion mensuelle, comme l'avait été le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 11 décembre.

En l'accueillant, Mme Mogherini a redit «l'engagement ferme de l'UE pour la solution à deux Etats» (israélien et palestinien), «avec Jérusalem comme capitale partagée». «Ce n'est pas le moment de se désengager» du processus de paix, a lancé Mme Mogherini alors que la direction palestinienne refuse désormais de considérer les Etats-Unis comme un médiateur «légitime» et que Mahmoud Abbas a accusé Israël d'avoir «mis fin» aux accords de paix d'Oslo (1993), censés conduire à un règlement négocié du conflit israélo-palestinien.

(L'essentiel/ AFP)