Manifestations

14 août 2020 20:43; Act: 14.08.2020 20:50 Print

L'UE sanctionne le régime au Bélarus

L'UE a donné vendredi son feu vert pour sanctionner la répression au Bélarus après la réélection contestée du président Loukachenko et a cherché l'apaisement avec la Turquie.

storybild

Quatre personnes sont déjà interdites de séjour dans l'UE et leurs avoirs ont été gelés depuis 2016. (photo: AFP/Sergei Gapon)

Sur ce sujet
Une faute?

«L'UE va maintenant lancer un processus de sanctions contre les responsables des violences, arrestations et fraudes liées à l'élection», a annoncé la ministre des Affaires étrangères de la Suède Ann Linde à l'issue d'une vidéoconférence avec ses homologues. «Tout le monde a été d'accord pour déclencher la procédure pour de nouvelles sanctions», a dit à l'AFP le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn. «Les sanctions devraient viser clairement les personnes du régime responsables des récentes violences et violations des droits de l’homme. Dans le même temps, nous devons faire tout notre possible pour soutenir la société civile et pour soutenir ceux qui sont attachés à un Belarus démocratique.», a-t-il insisté dans un communiqué.

La France est «pleinement engagée sur le principe de sanctions individuelles ciblées et le soutien aux droits et aux libertés du peuple biélorusse», a confirmé le secrétaire d'Etat aux Affaires européenne Clément Beaune dans un message sur son compte twitter. Une liste de personnes accusées d'avoir organisé et procédé aux répressions va être établie et elle sera soumise pour approbation aux Etats membres. Cette décision n'est pas du ressort des ministres, a expliqué l'un d'eux.

Solidarité avec la Grèce

Le Bélarus est toujours sous le coup d'un embargo sur les ventes d'armes et de matériel pouvant être utilisé pour la répression. Quatre personnes sont déjà interdites de séjour dans l'UE et leurs avoirs ont été gelés depuis 2016. Les nouveaux noms s'ajouteront à cette liste.

L'UE veut forcer le président Loukachenko à s'engager sur un plan de médiation en trois points proposé par la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, voisins du Bélarus. Minsk s'est dit prêt à un «dialogue constructif» et a commencé à relâcher des centaines de personnes arrêtées depuis lundi. Tous les témoignages dénoncent l'extrême brutalité de la répression menée par les forces spéciales du régime. L'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa, réfugiée en Lituanie après avoir contesté la victoire d'Alexandre Loukachenko, a appelé vendredi à des «manifestations pacifiques» dans son pays durant le week-end. La discussion sur les contentieux avec la Turquie a été plus complexe. Les ministres ont affiché leur solidarité avec la Grèce dans son différend avec Ankara et ont décidé de revenir sur le sujet lors de leur réunion les 27 et 28 août à Berlin. Ils ont appelé à une "solution négociée" et plaidé pour une «désescalade», ont expliqué plusieurs responsables.

Berlin a pris ses distances avec la décision de la France de déployer des moyens militaires en Grèce pour adresser un avertissement à Ankara et a appelé Paris, Athènes et Ankara à «éviter l'escalade». L'Allemagne redoute une nouvelle crise migratoire en Grèce si la Turquie ouvre ses portes aux migrants et réfugiés syriens bloqués sur son territoire.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Chute imminente le 15.08.2020 01:32 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE qui impose sa dictature aux peuples, et qui veut jouer la donneuse de leçons.. C'est presque marrant..

  • Stop à la complicité de l'UE dans cela le 14.08.2020 21:30 Report dénoncer ce commentaire

    "contre les responsables des violences, arrestations et fraudes liées à l'élection". On voit bien que ceux à Bruxelles sont des marionnettes car s'ils étaient sérieux alors ils présenteraient au moins des preuves. On comprends pourquoi la CEDH est aux mains de George Soros qui est derrière ce qu'il se passe en Biélorussie, comme il le fut en Ukraine. Comment peut on encore avoir confiance en ces gens de Bruxelles pour défendre nos intérêts ? Nada, ils n'en sont plus capables car au service d'autres intérêts qui nous dépassent, mais payés grassement avec nos impots.

  • Vindulux le 14.08.2020 21:09 Report dénoncer ce commentaire

    Ok ! L'UE sanctionne le régime ! Mais que l'UE peut faire si la Russie va les annexer? V.V.Poutine se prépare déjà pour le scénario de "fédération" avec Belarus. L'UE ne pourra pas empêcher ça. Au plus, l'UE peut arrêter complètement le projet gazier Nord Stream 2 comme suggère les USA mais ça va vraiment arrêter V.V.Poutine? Je doute de ça ...

Les derniers commentaires

  • Michel le 16.08.2020 18:01 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE n'ira jamais contre un état. Ce sont les états qui ont la force. L'UE n'a que le blablablá: regardez le clown Borrell en train de vouloir faire croire qu'ils vont agir! C'est pathétique!

  • Roboberta Menchu le 16.08.2020 11:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien d'accord avec Mme Karolina de Valmontskaya !!!

  • Lénine Staline Poutine le 15.08.2020 14:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est l'UE voulant encore empêcher les peuples frères de Russie et de Biélorussie de réunir, comme on voit, mais le bien aimé Président Vladimir Vladimirovitch ne va permettre jamais ça !!!

    • Caroline de Valmont le 16.08.2020 10:08 Report dénoncer ce commentaire

      Faux mon vieux, alors faux de A à Z. Aucune puissance étrangère ne tire les ficelles à Minsk. Ce sont les Biélorusses tout seuls qui se sont mobilisés. D'ailleurs votre president n'a aucune intention où diable allez vous chercher de tells idioties. Ne connaissez vous pas votre pays? Ne suivez vous pas VOS informations? Réfléchissez une seule minute - n'avez vous pas remarqué que votre pays va bientôt suivre le mouvement? Des milliers et des milliers de Russes, qui en ont marre, vont descender dans la rue …. sans l'intervention des USA ou l'UE . Les temps ont change mon vieux, réalisez le !

  • TontonB le 15.08.2020 07:36 Report dénoncer ce commentaire

    Les sanctions touchent les innocents alors que les coupables s'en tirent sans dommage. Il faut trouver des sanctions qui touchent directement les responsables,

    • Caroline de Valmont le 15.08.2020 15:53 Report dénoncer ce commentaire

      Les sanctions contre la Russie depuis 2014 ce sont retournées contre nous! Nos agriculteurs sont restés sur leurs produits alors que la Russie a trouvé d'autres partenaires moins chers d'un côté et ils ont modernisé leurs propres industries et manufactures d'un autre.

  • Chute imminente le 15.08.2020 01:32 Report dénoncer ce commentaire

    L'UE qui impose sa dictature aux peuples, et qui veut jouer la donneuse de leçons.. C'est presque marrant..