Aux États-Unis

04 février 2020 08:11; Act: 04.02.2020 09:01 Print

L'une des accusatrices de Weinstein vacille

Jessica Mann, qui accuse Harvey Weinstein de viol, a été mise en difficulté par les avocats du producteur américain.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le témoignage d'une des deux accusatrices principales du procès d'Harvey Weinstein est ressorti affaibli lundi du contre-interrogatoire auquel l'a soumise la défense. Cette dernière a produit plusieurs messages postérieurs aux agressions présumées, à la tonalité troublante.

Connue pour sa férocité, l'avocate Donna Rotunno a soumis Jessica Mann à un tir de barrage, alimenté par des dizaines de courriers électroniques écrits par l'aspirante actrice après le premier viol dont elle assure avoir été victime, en mars 2013, à New York. Harvey Weinstein, 67 ans, nie les accusations portées contre lui et assure que ces relations étaient toutes consenties.

«Merci pour ton soutien sans faille et ta gentillesse», dit-elle dans l'un de ces courriers, daté de novembre 2013. «Personne ne me comprend comme toi», écrit-elle dans un autre, avant d'évoquer, dans un troisième, le «sourire» et «les yeux magnifiques» du producteur de cinéma.

Harvey Weinstein est poursuivi pour le viol de Jessica Mann en 2013 et l'agression sexuelle de Mimi Haleyi, en 2006, mais pas pour les faits concernant trois autres femmes ayant témoigné contre lui depuis dix jours, notamment la comédienne Annabella Sciorra.

Relation maintenue

Dès avant le début du procès, la défense avait mis en avant le fait que Jessica Mann avait maintenu une relation avec Harvey Weinstein après le viol présumé et eu des rapports sexuels avec lui, jusqu'en 2016.

Pressée d'expliquer pourquoi elle avait poursuivi son histoire avec le producteur si longtemps, elle a reconnu que, passées les premières années, elle «(n'avait) plus rien à tirer de Harvey» Weinstein, sans vraiment justifier sa décision.

Déjà fragilisé par l'interrogatoire de vendredi, décousu et parfois incohérent, son témoignage a été encore affaibli lundi par cette correspondance, qui ne laissait apparaître aucune réserve ou distance dans sa relation avec Harvey Weinstein.

Audience suspendue

Au bout de six heures de contre-interrogatoire, Donna Rotunno a porté l'estocade en demandant à cette femme de 34 ans de lire une lettre adressée à celui qui était son petit ami en 2013. Elle y expliquait qu'Harvey Weinstein lui avait «offert de l'aide quand mes parents ne le faisaient pas». «J'ai essayé d'en faire un pseudo-père», ajoutait cette jeune femme, issue d'un milieu paysan très religieux.

«Je ne pouvais pas vivre la vie qu'ils (ses parents) voulaient que je vive», a poursuivi la jeune femme, expliquant que pour eux, le milieu du divertissement dont elle rêvait incarnait le «mal». Dans ce contexte, Harvey Weinstein «m'a offert toute la validation dont j'avais besoin» dans le milieu du divertissement, a-t-elle expliqué.

Jessica Mann essayait de retenir ses larmes durant la lecture de cette lettre et a fini par craquer. Après une suspension d'audience, le juge James Burke a renvoyé l'audience à mardi, la victime présumée ne parvenant pas à retrouver son calme et pleurant abondamment.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nairo le 04.02.2020 08:49 Report dénoncer ce commentaire

    Mise en difficulté, chacun voulait sa part du gâteau. Maintenant qu'elle assume, c'est facile d'accuser les hommes...

  • cocou le 04.02.2020 08:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    écœurant, cette femme joue la prostituée, et derrière se dit violentée... c'est contre elle que devrait se dérouler un procès!!!

  • Cine Ma le 04.02.2020 09:47 Report dénoncer ce commentaire

    Le Milieu du Cinéma ... ??? Qui y veut quoi et fait quoi pour l'obtenir ... ??? Ne faudrait-il pas arrêter cette hypocrisie générale de part et d'autre ??? Des profiteurs et profiteuses, il y en aura toujours partout !

Les derniers commentaires

  • aristoteavéraisin le 04.02.2020 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout est pipeau. Mr Weinstein devrait être acquitté. Du moins, ces femmes là sont le mal incarne...

  • ricky le 04.02.2020 17:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je comprend meme pas que les américains puissent organiser un proçès sur base de témoignages aussi douteux

  • Société de l'émotion irrationnelle le 04.02.2020 15:32 Report dénoncer ce commentaire

    Comme pour Carlos Ghosn, le procès de l'émotion a déjà eu lieu et les victimes ont gagné sans laisser une chance. Ces coupables présumés ont déjà tout perdu... ils sont devenus des fugitifs et/ou des infréquentables.

  • UneFemmeAmbitieuse le 04.02.2020 15:08 Report dénoncer ce commentaire

    Il m'arrive parfois et particulièrement à l'approche des évaluations annuelles, de passer sous un ou plusieurs bureaux. Mais je le fais volontiers et je le fais avec plusieurs superviseurs comme ça je gagne à coup sûr

  • Looser le 04.02.2020 13:18 Report dénoncer ce commentaire

    Mais le monde est devenu fou, même si c'est une prostituée ,ce gars est un pervers narcissique c'est une évidence .il a un dossier qui pèse une tonne. Mais j'ai trompé ma femme une fois seulement Nairo,c'est sa faute elle était trop belle.,j'ai craqué. Pauvre looser....même une prostituée est une victime.

    • plus grand chose de bien dans l'Homme le 04.02.2020 14:05 Report dénoncer ce commentaire

      mais les pervers narcissiques sont le rêve de beaucoup, ils ont ce qu'ils veulent et sont idolâtrés par une majorité (certain sont même élu président !)

    • @Looser le 04.02.2020 15:21 Report dénoncer ce commentaire

      Si on lui fait un proces pour viol, il faut demontrer qu'il y a eu viol, pas qu'il est un pervers narcissique. De la meme facon qu'etre un fraudeur fiscal ne suffit pas à etre condamne pour meurtre. Apres, vu le comportement du monsieur, je suis relativement sur qu'il existe d'autres femmes avec des recits autrement plus convainquants.