Feux de forêts

25 août 2019 12:35; Act: 25.08.2019 12:44 Print

La Bolivie aussi frappée par de violents incendies

Comme son voisin le Brésil, la Bolivie est en proie à des feux de forêts depuis plusieurs jours. Déjà près d'un million d'hectares ont été ravagés.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La surface ravagée par les incendies qui touchent la Bolivie depuis plusieurs jours a atteint samedi 950 000 hectares selon les chiffres communiqués par les autorités. Cliver Rocha, le directeur de l'Autorité des forêts et des terres (ABT), a aussi indiqué que les flammes avaient détruit 32% de la forêt de Chiquitano, où 1 871 familles dans 11 communes et 35 communautés autochtones ont également été affectées.

Le ministre de la présidence Juan Ramon Quintana s'est cependant félicité sur son compte Twitter des opérations de l'avion bombardier d'eau américain. Après avoir éteint les foyers dans les montagnes à proximité d'Ipiás, l'avion doit être utilisé au dessus des reliefs de Tucavaca, dans la région du Pantanal, une plaine qui s'étend à travers la Bolivie, le Paraguay et le Brésil. «La troisième opération majeure se déroulera dans les montagnes d'Otuquis, la quatrième à Charagua, à la frontière avec le Paraguay, et la cinquième au nord, vers les régions de San Matías, San Rafael et San Miguel de Velasco», a-ajouté le ministre.

Les rotations du SuperTanker sont toujours accompagnées d'opérations plus ciblées menées par des hélicoptères militaires et, à terre, par des brigades composées de soldats de l'armée, d'agents de police et de volontaires civils. Evaldo Guzmán, un membre des gardes forestiers à Roboré, a déclaré que sur les dix foyers décomptés dans la région, deux seulement demeuraient actifs, mais étaient sous contrôle. Il a précisé que les brigades de volontaires œuvraient à éviter de nouveaux départs de feu. «Nous attendons des pluies lundi ou mardi», a-t-il ajouté. Le président bolivien, Evo Morales, a demandé vendredi aux pays qui composent l'organisation du Traité de coopération amazonien (ACTO) de tenir une réunion d'urgence pour discuter de l'avenir de l'Amazonie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.